Entrepreneures, pensez aux réseaux féminins !

Networking, formations, coaching, confiance en soi : les réseaux féminins sont pensés sur mesure pour les entrepreneures. Le World Women's Forum, qui vient de se terminer, a fait redécouvrir la diversité et l'énergie de ces structures pour créatrices ou dirigeantes d'entreprises.

  • 24 octobre 2014
  • Temps de lecture: 2 min

Accompagner toutes les femmes

Ils sont généralistes ou spécialistes, régionaux ou nationaux. Les réseaux féminins dédiées aux créatrices et dirigeantes d’entreprises entendent promouvoir l’entreprenariat au féminin. Pour les meilleurs d'entre eux, le succès est au rendez-vous !

« En 20 ans d’existence, nous avons contribué à la naissance de 1 200 entreprises et à la mise en relation de plus de 3 000 personnes » s’exclame avec fierté Cécile Barry, la présidente d’Action’elles.

Le réseau national, présent en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et en Bourgogne se veut clairement généraliste. « Nous avons fait le choix d’accompagner toutes les femmes, sans critères d’âge ou de secteur d'activité, confirme Cécile Barry. Il y a, néanmoins, un impératif : que le projet porté par la créatrice d’entreprise lui permette de la faire vivre, elle et sa famille. »

Le travail d’Action’elles s’effectue aussi bien avant qu’après la création de la structure. « Nous pouvons accompagner celles qui le désirent depuis l’idée initiale jusqu’à la maturité de leur entreprise », précise Cécile Barry. Ateliers de formation, networking, coaching personnel : tous les moyens sont employés pour aboutir à la réussite entrepreneuriale. Pour un coût qui reste accessible :  160 euros par an pour les chefs d’entreprise, 60 euros par an pour les porteuses de projet.

Prime à l’innovation

Autre structure : Fédération Pionnières, un réseau qui a fait le choix de la spécialisation. Présent tant en France qu’à l’étranger, (Belgique, Luxembourg et même Maroc), il se présente clairement comme un incubateur dédié aux entreprises innovantes. « Nos critères de sélection sont très précis, explique Sandrine Franchini-Guichard, déléguée générale Fédération Pionnières. Le créateur doit être une femme, le projet doit être innovant et à l’origine de la création d’emplois ».

Comme tout incubateur, Fédération Pionnières héberge les entreprises jusqu’à, au maximum, trois ans. « Notre offre de co-working stimule l’émulation. Nous avons réussi à créer un écosystème favorable qui permet aux projets de se développer dans d’excellentes conditions, affirme Sandrine Franchini-Guichard. Un chiffre, d’ailleurs, ne trompe pas : le taux de pérennité de nos entreprises est de 85 % à 3 et 5 ans ».

En 10 ans d’existence, Fédération Pionnières est à l’origine de la création de 400 entreprises et de 1 200 emplois. Parmi les sociétés les plus récentes, on peut citer Meg, à l’origine de la création du pot de fleurs connecté. Un objet intelligent qui renseigne sur tous les besoins de la plante (ensoleillement, nutrition...).

Chacune peut trouver son réseau

Toutes les créatrices peuvent, aujourd’hui, trouver le réseau féminin qui leur correspond : par exemple, les mamans entrepreneurs peuvent compter sur Mampreneurs, les entrepreneures issues de la diversité sur Diversitelles et les femmes de plus de 45 ans sur Forces Femmes. En 2013, grâce à l’accompagnement de ce dernier réseau, 440 femmes ont créé leur entreprise. Une belle progression de 33 % par rapport à l’année 2012 !