Entreprise industrielle cherche «geeks»

Petit à petit, les nouvelles technologies trouvent leur place dans les entreprises industrielles. Pour les accueillir et faire fonctionner nos usines du futur, de nouveaux métiers sont en train d’émerger. Avis aux (jeunes) intéressés.  

L’industrie ne fait pas exception. Avec la transformation digitale, le secteur se renouvelle, et ses métiers avec. À l’occasion de la neuvième édition de la Semaine de l’Industrie, qui se déroule en ce moment et jusqu’au 24 mars, les professionnels du secteur l’ont compris : il faut attirer les jeunes. Pendant toute une semaine, des événements gratuits leur sont proposés, afin de promouvoir la filière. Il faut dire que les recrutements constituent le problème numéro un des industriels. En témoignent les 50 000 emplois à pourvoir qui ne trouvent pas preneurs, d’après le Ministère de l’Économie.

Pourtant, depuis le début de la décennie et l’avènement du numérique dans l’économie, de nouveaux métiers ont émergé dans l’industrie, sur l’ensemble de la chaîne de valeur (production, maintenance, contrôle qualité, management…). L’organisation hiérarchique est quant à elle plus transversale et génère davantage de collaborations entre les différentes équipes, souligne La Fabrique de l’Industrie, un laboratoire d’idées centré sur les enjeux industriels.

Industrie : de nouveaux types de métiers émergent 

L’Alliance Industrie du Futur, une association regroupant plusieurs organisations professionnelles, académiques, et technologiques, ainsi que des financeurs d’entreprises comme Bpifrance, a identifié 5 familles de métiers d’avenir dans l’industrie : la maintenance, le Big Data, le management, la production et la gestion de la chaîne logistique (supply chain).

  • Une maintenance prédictive et assistée

Si autrefois il fallait attendre qu’une machine tombe en panne pour opérer de la maintenance sur les chaînes de montages, les robots changent la donne. Désormais, le secteur mise sur une maintenance préventive, voire même prédictive qui devient possible grâce aux nouvelles technologies. Avec la multitude de données et les logiciels de gestion de maintenance par ordinateur, il devient possible d’anticiper les pannes en planifiant les interventions en amont. Un moyen d’éviter les arrêts de production, sources de pertes pour les entreprises. Cette nouvelle forme de maintenance implique donc des compétences plus larges en informatique, à la fois pour les techniciens et les responsables de maintenance. Une bonne nouvelle pour les petits génies de l’informatique.

  • Un besoin en Data Scientists

A la recherche de Data Scientists. Alors que les nouvelles technologies envahissent les usines et permettent de collecter des données précieuses pour optimiser les cycles de production, le besoin de personnel - capable de mettre en place des infrastructures de traitement du Big Data et d’analyser les données se fait ressentir. Les postes de Data Scientist, qui consistent à valoriser les données en les collectant par des algorithmes, sont ainsi très demandés dans les grands groupes. De même pour les Data Analysts dont la mission consiste à analyser les données pertinentes pour l’entreprise et à les présenter aux décideurs.

  •  Un management 4.0

 Les postes à responsabilité en pleine (r)évolution. Dans les usines du futur, le poste de responsable du digital (chief digital officer - CDO) est devenu central, en particulier dans les grandes entreprises et ETI. Le CDO pilote ainsi la transformation digitale de l’entreprise en y définissant les priorités et les principaux projets à mettre en œuvre pour moderniser l’organisation d’une entreprise industrielle. Cette fonction exige une forte culture digitale, une vision prospective et de l’agilité, permettant d’implémenter les outils numériques et d’impliquer l’ensemble des collaborateurs aux évolutions technologiques.

  •  Une production encore plus flexible

Exit la vieille standardisation. Bienvenue à la flexibilité. A l’heure du numérique, la production industrielle devient plus connectée, plus robotisée. Les entreprises du secteur se doivent donc de miser sur la flexibilité de leur production. Et cela passe notamment par une production en plus petites quantités et/ou avec davantage de personnalisation pour les clients finaux. Pour intégrer de la flexibilité dans la production, les opérateurs ont d’ailleurs recours à de nouveaux outils digitaux qui permettent de meilleures interactions au sein des usines.

  •  Une gestion de la logistique bousculée par le Big Data

L’organisation de la supply chain est également transformée par les nouvelles technologies. La multitude de données disponibles, concernant la gestion des matières premières, les rythmes de production ou encore le niveau des stocks, rend plus efficace cette catégorie de métiers, notamment dans l’optimisation des flux et la remontée des informations. Les postes de directeur de site logistique, d’organisateur et de concepteur de chaîne logistique ou d’opérateur sont indissociables des outils informatiques et du Big Data.

Le saviez-vous ? 

La 9ème édition de la Semaine de l'Industrie, c'est aussi la Semaine de la French Fab ! 
Le French Fab Tour 2019, c'est 60 dates en régions.
Retrouvez tous les postes industriels à pourvoir près de chez vous grâce au job board de la French Fab.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Découvrez les solutions de financements de vos partenariats tech internationaux jeudi 25/04 à 11H ! Une subvention… https://t.co/K4ifoWlXnC