FlowerSEP sépare solides et liquides

La start-up FlowerSEP développe des équipements de séparation liquide/solide.

  • Bang
  • Temps de lecture: 1 min
David Chezaud, président de FlowerSEP

La start-up agenaise travaille sur les suspensions, des liquides qui contiennent des solides : précipités, particules métalliques ou éléments biologiques. « Il existe une aptitude à la filtration. Quand elle est bonne, la séparation s’effectue avec des moyens classiques comme les filtres. En revanche, ça devient plus compliqué quand les suspensions ont une mauvaise aptitude à la séparation » explique David Chezaud, président de FlowerSEP.

"Une vraie rupture technologique"

logo flowerSEP

Ce processus est effectué à l’aide de centrifugeuses qui, en tournant très vite, augmente le poids des particules. Deux technologies de séparation sont utilisées : la déshydratation et la clarification. « Notre système permet de meilleures performances que les centrifugeuses conventionnelles, et avec une seule machine au lieu de deux » précise l’ingénieur en génie des procédés. Le LFCS (Laminar Flow Centrifugation Separator, ou séparateur centrifuge à flux laminaire) de FlowerSEP élimine les turbulences à l’intérieur de la machine. L’autre gamme d’équipement s’appelle Filtration Performance Test, capable, grâce à une interface homme machine, de déterminer l’aptitude à la filtration. « C’est une vraie rupture technologique, qui a été retenue parmi les 20 innovations des pôles de compétitivité » se félicite le fondateur de FlowerSEP.

Accompagnée par Bpifrance depuis 2012, FlowerSEP est membre du réseau Bpifrance Excellence.