Renouveler les modèles commerciaux et les circuits d’import-export internationaux pour répondre aux enjeux environnementaux : voici le défi que relève Grain de Sail, entreprise de torréfaction de café et de cacao bretonne née en 2013. Retour sur une aventure inspirante hors-norme avec son co-fondateur et directeur général Jacques Barreau.

« En 2013,après avoir investi dans les énergies renouvelables, notamment sur des plateformes éoliennes Offshore du côté de Saint-Nazaire reprises par EDF et Alstom, mon frère a cherché cherché ce qu’on pouvait bien faire d’autre dans le domaine maritime », raconte Jacques Barreau. Répondant aux problématiques actuelles autour de l’environnement et du transport décarboné, l’idée du voilier cargo s’est imposée comme une évidence. « En marine marchande, la question qui vient après la volonté de créer un navire est la suivante : qu’est-ce qu’on met dans les cales ? L’idée du cacao nous était sympathique, on adore le chocolat », esquisse le dirigeant avec un sourire.

Un business model écoresponsable au croisement de deux savoir-faire

La particularité de l’entreprise est de lier une activité d’armateur maritime à une production agroalimentaire. « On a commencé par monter une torréfaction de café à Morlaix. Pour ça, on a fait venir des spécialistes en 2013. Pour lancer notre activité de torréfacteur, on est partis de zéro, il a fallu tout apprendre. » L’usine Grain de Sail devient rapidement opérationnelle. Au démarrage, la production est vendue sur les marchés de la région et dans les commerces de produits locaux. En 2016, ils montent leur propre chocolaterie. L’entreprise prend son envol. « Du temps de la torréfaction, on faisait 173.000 euros de chiffre d’affaires. En 2016 avec la chocolaterie, nous sommes passés à 380.000 euros et en 2020, on était à 5,4 millions ». Une croissance fulgurante due en partie à un business model maîtrisé.

Avec les retombées économiques générées par la chocolaterie, Olivier et Jacques Barreau investissent dans la construction en 2018 de leur premier navire cargo. Grain de Sail, voilier de 24 mètres, peut contenir 50 tonnes de marchandise. A bord, l’électricité est produite uniquement en circuit renouvelable : panneaux solaires, micros éoliennes et hydro générateurs. « On a voulu proposer une solution durable et mettre le respect de l’environnement au cœur de notre stratégie d’entreprise. Notre objectif a été de réduire notre bilan carbone au maximum, mais également d’être accessible sur le prix de nos produits ». Lors de la première transatlantique, le navire a consommé moins de 80 litres de gasoil, un bilan quasi nul pour plusieurs milliers de kilomètres parcourus.

De Morlaix à New York : l’aventure transatlantique 

A peine sa cargaison déchargée à New York, le voilier repart vers l’Amérique du Sud ! Destination République Dominicaine, où l’équipage va récupérer principalement du cacao qui servira ensuite à produire le chocolat à Morlaix. « On a beaucoup prospecté pour trouver les exploitations de cacao. On a voulu travailler avec des partenaires sur place qui respectent les conditions de travail des employés ainsi que certains standards de qualité. D’ailleurs, notre directrice achats est en ce moment en République Dominicaine pour accueillir l’équipage ! Nos équipes à terre vivent le voyage avec eux par satellite, c’est une aventure collective. »Grain de Sail inauguré, la première transatlantique est lancée dans la foulée. Le voilier part de Saint-Malo le 18 novembre 2018, direction l’Amérique ! « Il fallait rentabiliser l’aller et le vin s’est présenté comme une évidence en tant qu’exportateur français. » Le voilier fait une première escale à New York les cales remplies de vin bio. Il sera revendu sur les différentes places de la ville. « Le vin qu’on achète en France et dont on est propriétaire, on le distribue de notre bureau permanent à New York qui fait le sourcing et la commercialisation, et ce tous les 6 mois. On essaie de sélectionner ce que la France fait de mieux. » Un accord gagnant-gagnant pour les producteurs de vin, puisque Grain de Sail leur offre la possibilité d’atteindre les marchés américains de manière écoresponsable.

36 personnes travaillent aujourd’hui pour l’entreprise Grain de Sail, dont 4 marins et 15 employés dans l’usine de torréfaction. Lors de son ouverture, les deux entrepreneurs ont souhaité travailler avec une vingtaine d’ouvriers en situation de handicap dans un ESAT de la région (Etablissement et Service d’Aide par le Travail). Ces ouvriers sont aujourd’hui les marraines et parrains du voilier cargo.

Des perspectives de croissance et de développement international

Avec 230 tonnes de chocolat vendues à travers l’Hexagone en 2020,Grain de Sail rencontre aujourd’hui un succès que n’avaient pas prévu les deux frères en 2016 quand le design du navire a été figé. Pour sécuriser leur plan commercial et minimiser le risque industriel du premier navire, ils conçoivent au départ un voilier cargo de 24 mètres de long et 50 tonnes de capacité d’emport. « Aujourd’hui,on travaille sur le design de Grain de Sail 2 avec des ingénieurs, cette version devrait faire 50 mètres de long avec une capacité de 250 tonnes », confie Jacques Barreau. Objectif : transporter plus de marchandises et amplifier l’activité d’import-export.

Côté développement international, les entrepreneurs projettent d’accroître leur activité outre-Atlantique. Au programme, la création d’un réseau de torréfaction en Europe et sur la côte est des Etats-Unis en ouvrant des usines à New York, Boston et Washington, couplée à la mise à flot de voiliers de taille croissante. Côtés locaux, après l’ouverture cette année d’un bureau à New York dédié à la commercialisation des vins, c’est en France que Grain de Sail poursuit son essor. Une nouvelle chocolaterie au-dessus de la torréfaction de Morlaix va voir le jour au printemps, avec la création de 2 500m2 d’espace de travail et sept bureaux supplémentaires. Une deuxième torréfaction-chocolaterie est également en projet du côté de Dunkerque pour 2023. Une aventure entrepreneuriale qui n’est pas près de s’arrêter.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil