Zéro carbone, zéro déchet, zéro plastique…Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à agir pour la planète. Avec Objectif Zéro, Bpifrance souhaite révéler au grand jour ces énergies entrepreneuriales qui trouvent des solutions pour limiter leur impact écologique.

Aujourd’hui : Objectif Zéro plastique.

Faire disparaître la barquette en plastique. Chaque année, le secteur de la restauration à emporter utilise en France plus de 300 millions de barquettes en plastique à usage unique, selon une étude Eunomia pour Seas at Risk réalisée en 2017. Pour progressivement faire disparaître ces emballages jetables, la startup GreenGo vient de lancer un nouveau service de consignes clés en main à destination des restaurateurs.

Le constat : 320 millions de barquettes plastiques jetées chaque année en France

Chaque jour, les Français jettent près d’un million de barquettes plastiques contenant des plats alimentaires. Et près de 80 % ne sont pas recyclées. Alors que la lutte contre les plastiques à usage unique semble s'accélérer, ce chiffre reste en constante augmentation, notamment dû au succès grandissant des ventes à emporter et de la crise sanitaire actuelle. Face à ce constat, Yasmine Dahmane et Lucas Gaffran ont imaginé une solution en remettant la consigne au goût du jour. Les fondateurs de GreenGo nous expliquent leur démarche, étape par étape.

Étape 1 : réinventer la consigne 

« Le meilleur moyen de ne pas produire de déchets, c’est de ne pas en produire. C’est pourquoi nous voulons remplacer les emballages à usage unique par des contenants en verre réutilisables, qui sont ensuite lavés localement et remis dans le circuit de vente », indique Yasmine Dahmane. Mais près de quarante ans après la disparation d’une grande partie des bouteilles consignées en France, il fallait trouver une solution pour éviter aux commerçants et aux points de vente de gérer la logistique complexe des retours.
Avec le collecteur automatique GreenGo, les consommateurs déposent eux-mêmes leurs contenants en s’identifiant via leur application mobile, et se font créditer instantanément le montant de la consigne sur leur espace client, qu’ils peuvent ensuite transférer sur leur compte bancaire ou transformer en bons d’achats.

Étape 2 : simplifier le parcours client 

Encore faut-il convaincre les consommateurs de modifier leurs comportements d’achats. Raison pour laquelle la startup mise sur une expérience digitale adaptée aux besoins d’utilisateurs nomades et hyper-connectés. L’application, téléchargeable sur son smartphone, permet non seulement de restituer facilement son contenant et de créditer automatiquement sa cagnotte virtuelle, mais aussi de géolocaliser les collecteurs les plus proches. Le bocal de salade acheté au restaurant d’entreprise d’Engie à la Défense pourra ainsi être restitué deux jours plus tard dans un Biocoop du 13e arrondissement… « Très vite, les premiers utilisateurs de nos collecteurs sont devenus nos meilleurs ambassadeurs. Dans chaque point de vente, la transformation des comportements s’est faite par l’exemple et nous comptons déjà plus de 3 000 utilisateurs quotidiens en Ile-de-France », précise Lucas Gaffran.

Étape 3 : accélérer le développement 

GreenGo attaque désormais sa phase d’accélération. Depuis sa création fin 2018, l’entreprise a installé 10 collecteurs en région parisienne, qui permettraient « d’éviter 10 tonnes de déchets plastiques par an ». L’entreprise, convaincue d'être face à des consommateurs prêts à transformer leurs habitudes, ambitionne d’installer une centaine de collecteurs d’ici la fin de l’année 2021. « La crise que nous traversons va inévitablement développer les ventes à emporter et les livraisons à domicile, mais si cela s’accompagne d’une augmentation des barquettes plastiques à usage unique, nous ne parviendrons pas à trouver un modèle viable écologiquement. Il faut éviter ce scenario, et nous y travaillons », conclut l’entrepreneur.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.