Guilhem Bertholet : “Le produit idéal, c'est celui qu'achète le client”

.Découvrez le portrait du serial entrepreneur Guilhem Bertholet !

  • Bang
  • Temps de lecture: 1 min

Sa dernière aventure s'appelle invox.fr et table sur la demande grandissante pour du contenu marketing. Guilhem Bertholet, la trentaine, n'en est pas à sa première création d'entreprise. Son profil est plutôt celui du « serial entrepreneur »... Ses premiers succès datent de l'école primaire, lorsqu'il s'est rendu compte qu'il pouvait « vendre au détail des trucs achetés en gros ». Ses premiers échecs, d'un peu plus tard, lorsqu'il a lancé une « boite de cours particuliers » avec un copain... au même profil.

Attention à la complémentarité

D'où son premier conseil, livré dans Le Petit livre rouge de la création d'entreprise. Si l'on s’associe, mieux vaut viser la complémentarité. Sinon, les associés feront tous la même chose et délaisseront d'autres tâches. Dans ses interventions à l'incubateur d'HEC, qu'il a fondé, Guilhem Bertholet enjoint les start-upers à une réflexion sans concession sur la thématique de l'association.

Se confronter au marché

Autre erreur à ne pas commettre, poursuit-t-il, celle de s'installer dans la recherche du produit idéal - au lieu de se confronter au marché. « Seul le client a de bonnes idées », tranche-t-il. De fait, c'est le client, par son intérêt pour le produit, qui valide l'idée originelle. « Ou en propose une autre », dit encore notre serial entrepreneur. Dans tous les cas, il faut écouter, faire preuve de résilience face aux déconvenues, « sans oublier d'avoir ses priorités dans le bon ordre », ajoute Guilhem Bertholet. Car le temps tourne, et la pression sociale peut monter... « 18 mois d'incubation, ça suffit ! », conclut-il.