Horaires flexibles : une demande croissante

Toutes les semaines, Bpifrance sélectionne pour vous un chiffre qui (a) fait l’actualité.  Aujourd’hui, on s'intéresse la demande croissante, de la part des salariés, d’une meilleure flexibilité horaire.

81 %, c'est le pourcentage de salariés réclamant toujours plus de souplesse dans leurs horaires de travail. Ce chiffre, en hausse d’année en année, est au diapason de la popularité croissante des nouveaux modes de travail. Il est également à mettre en regard de l’évolution du taux d’absentéisme, mais aussi des réalités des métiers connues des travailleurs.

Une demande différente selon les salariés

Les résultats de l’étude OpinionWay pour Horoquartz soulignent une différence notable selon les tranches d’âge. Les salariés les plus jeunes et les plus âgés semblent les moins demandeurs de flexibilité horaire, alors que ceux d’âge médian s’en préoccupent beaucoup plus. Ce sont ainsi 83 % des 40-59 ans et 80 % des 30-39 ans qui répondent positivement au sondage, contre 78 % et 74 % respectivement pour les moins de 30 ans et les plus de 60 ans.

Des différences ténues, mais qui mettent en lumière une tendance peut-être de fond : les travailleurs dont les vies personnelles sont les plus « chargées » ont besoin de plus de flexibilité. C’est aussi ce que le niveau d’absentéisme indique, puisque qu’il augmente le plus dans ces tranches d’âge. Ce taux a augmenté de + 16,5 % en 4 ans pour ces deux tranches d’âge, contre + 10 % chez les moins de 30 ans et + 9 % seulement chez les plus de 50 ans.

Et une demande ancrée dans la réalité

Autre information à prendre en compte pour les entreprises, la demande des salariés dépend aussi de leur secteur d’activité. L’étude révèle ainsi que les travailleurs des domaines où la flexibilité des horaires est la plus compliquée à appliquer sont moins demandeurs, car ils ont tendance à s’adapter aux contraintes liées à leur profession.

C’est le cas, par exemple, pour les professionnels de la santé, un des secteurs les plus touchés par la hausse de l’absentéisme (+ 31 % en 4 ans), mais qui figurent parmi les moins demandeurs d’horaires de travail adaptables. A l’inverse, les professions de la banque et des transports, où la flexibilité horaire semble plus simple à appliquer, sont parmi celles qui sont le plus en attente de souplesse.

Dernier point important, l’écart de demande selon le genre du salarié. Statistiquement, les femmes demeurent plus souvent absentes que les hommes, et demandent, de fait, davantage à pouvoir moduler leurs horaires pour mieux concilier vie personnelle et professionnelle. Avec 85 % des femmes pour 77 % des hommes, cet écart correspond aussi exactement à celui constaté entre les salariés qui ont des enfants à charge et ceux qui n’en ont pas.

Les horaires adaptés, le télétravail, et toutes les nouvelles formes de travail qui se développent aujourd’hui sont autant de solutions d’organisation qui permettent d’améliorer l’équilibre entre vie privée et professionnelle. Et c’est là la conclusion optimiste de cette semaine, un environnement professionnel profitable à la fois aux entreprises et aux salariés.

Sources :
Relation au travail : l'âge est-il vraiment un différentiateur ? – OpinionWay
Absentéisme au travail : les salariés aspirent à plus de souplesse horaire – Net PME

À propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil