La société, spécialisée dans la stérilisation de produits agro-alimentaires, n'a quasiment pas de concurrents. Et elle réalise 100 % de son chiffre d'affaires à l'étranger. Aujourd'hui, Hydrolock qui a rejoint La French Fab, diversifie son offre avec une nouvelle machine.

« Cela fait 10 ans que nous n'avons pas vendu de machine en France ! », déclare Guillaume Sangouard, le Pdg d'Hydrolock. Et cela ne semble pas l'émouvoir outre mesure... La société qu'il dirige depuis 2009, spécialisée dans la mise au point de systèmes de stérilisation continus pour l'industrie agro-alimentaire, propose aux géants du secteur que sont Bonduelle, Nestlé ou Candia, sans oublier des clients en Allemagne, au Mexique, en Thaïlande, en Turquie et ailleurs, en Amérique du Nord et au Moyen Orient, d'énormes machines pour conserver boissons, purées de légumes et plats préparés.
De gros stérilisateurs capables d’opérer sur une vaste gamme de produits : poches, barquettes, conserves, bocaux, bouteilles, qui valent entre 1,5 et 3,5 millions d'euros, et que l'on n'achète pas tous les jours... 

« Si nous nous étions limités à la France, nous n'existerions plus ! »

« Nous faisons bien sûr la maintenance de nos machines en France, de même que la modernisation de notre parc, mais pour l'heure, effectivement, nous n'avons pas de nouveaux acheteurs dans l'Hexagone, faute d'investissements de la part des sociétés du secteur », précise-t-il, pour conclure : « Si nous nous étions limités à la France, nous n'existerions plus ! »...

Démocratiser la stérilisation

Ses clients ? La société, basée au Bignon près de Nantes, qui compte 17 salariés, dont une équipe d'ingénieurs rompus à l'innovation, les trouve aujourd'hui à l'étranger. D'autant qu'elle n'a quasiment pas de concurrents dans son secteur d'activité, si ce n'est un Américain et un Hongrois.

Cela dit, pas question de se reposer sur ses lauriers. Si la société réalise actuellement 100 % de son chiffre d'affaires annuel, qui oscille entre 4 et 8 millions d'euros, à l'export, elle cherche désormais à lisser son activité. Pour ce faire, les ingénieurs maison ont planché sur un nouvel outil, plus léger et qui permet, grâce à la haute pression - un processus connu mais qui a été amélioré par leurs soins, grâce notamment à un accompagnement financier de la part de Bpifrance - d'allonger la durée de vie des produits frais en bouteille ou packagés. La machine, qui ne vaut que 400 000 euros pièce, pourrait séduire de nouveaux utilisateurs, dont de petites sociétés françaises, bien entendu. « Cela nous permettrait, si nous avions un client français, de pouvoir faire visiter facilement l'installation à d'autres acheteurs potentiels, venus d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord, notamment », avance le Pdg. Car là encore, Hydrolock est la seule société au monde à proposer ce genre de service qui « démocratise », comme le dit joliment Guillaume Sangouard, la technologie de stabilisation à froid par les hautes pressions. Le Pdg, qui joue aussi en partie le rôle de commercial, parcourt le monde et participe à de nombreux salons pour promouvoir, au même titre que les machines traditionnelles, sa nouvelle offre.

Une longueur d’avance pour la PME innovante

Symbole d'innovation - Hydrolock investit environ 5 % de son chiffre d'affaires dans la R&D - la société est aussi un emblème de La French Fab, de cette France qui gagne grâce à son savoir-faire made in France, qu'elle vient de rejoindre. Et bien sûr, Hydrolock est à l'avant-garde de cet esprit de conquête international que les autorités cherchent à développer dans le tissu économique français. Une dynamique dans laquelle Guillaume Sangouard s'inscrit pleinement, d'autant que sa carrière, débutée, après les Arts et Métiers, dans l'industrie alimentaire, pharmaceutique et cosmétique, l'a conduit à travailler dans des pays aussi variés que le Brésil, les USA , la Thaïlande, l'Equateur et le Mexique. Passionné par l'industrie, mais aussi porté par son goût des autres et de la découverte de cultures différentes, ce qu'il aime avant tout, c'est avoir une longueur d'avance. Et c'est bien le cas d'Hydrolock, également accompagnée à l'export par Bpifrance.

Une petite Française qui monte, qui monte

Fondée dans les années 70 par ACB, une société nantaise spécialisée dans les bateaux, pour appartenir ensuite à la division alimentaire d'Alstom, Hydrolock a repris sa liberté pour certains produits de pression mécanique en 2005. Enfin, en 2013, elle est complètement sortie du groupe, et ce sont des actionnaires privés, auxquels se sont associés certains cadres de l'entreprise, dont Guillaume Sangouard, qui l'ont reprise pour en faire un fleuron français aujourd'hui.

Entrepreneurs, avec Bpifrance, l’international n’est pas un risque mais une opportunité.

N’ayez pas peur, prenez-y plaisir, et… allez-vous faire voir ailleurs ! #EXPORTetvous

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

@DigoraBlog @pthielois @gknoery @TechData_FR @AurelKiener @Oracle_France Nickel ! 👍😀

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.