Impression 3D : une solution à la pénurie de matériel médical

En pleine épidémie de Covid-19, l’impression 3D apporte une réponse inédite à la problématique de rupture de stock de matériel médical.

L’impression 3D n’est pas un gadget. Grâce à sa rapidité d’exécution, sa simplicité d’utilisation et la présence d’imprimantes 3D sur tout le territoire, la fabrication additive permet, en pleine crise sanitaire, de fabriquer une partie du matériel manquant aux soignants.

Des masques de protection et des pièces pour les respirateurs

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), consciente des atouts de l’impression 3D, a annoncé s’être équipée de 60 imprimantes 3D. « En fonction des besoins urgents des hôpitaux, nous allons pouvoir produire tous les jours de quelques unités à plusieurs centaines en fonction de leur complexité », a expliqué au Parisien le Docteur Roman Hossein Khonsari de l'hôpital Universitaire Necker. Depuis le début du mois d’avril, ces machines, installées près de l’hôpital Cochin, produisent principalement des masques de réanimation, des montants de lunettes de protection ou encore des pièces de rechange pour les respirateurs artificiels.

À Clermont-Ferrand, c’est le groupe Michelin qui se mobilise pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. À la demande de plusieurs hôpitaux, le géant du pneu utilise ses imprimantes 3D pour produire en grande quantité des visières en polycarbonate stérilisables. Le groupe exploite également ses imprimantes 3D sur différents sites afin de fabriquer des masques et des pièces de respirateurs qui manquent au personnel soignant.

Volumic 3D imprime les éprouvettes nécessaires au dépistage du Covid-19

Plus au Sud, du côté de Nice, les Laboratoires Cerballiance, Volumic et LaFerme3D ont uni leurs forces afin de produire des tests de dépistage du Covid-19 grâce à l’impression 3D. « En 72h, nous avons trouvé une solution à la problématique posée par le laboratoire Cerballiance », explique Stéphane Malaussena, co-fondateur de Volumic 3D. « Aujourd’hui, on produit des milliers d’éprouvettes tous les jours pour augmenter les dépistages de Covid-19 en France. » Ces éprouvettes produites à Nice sont expédiées par Cerballiance, initiateur du projet, dans ses différents laboratoires sur le territoire (600 en France) mais aussi à ses confères en manque de matériel. « On continue à produire et pour l’instant, on n’a pas de consigne d’arrêter ! », ajoute le patron de Volumic.

Les visières de l’espoir : les industriels se mobilisent pour les soignants

Autre initiative née en région, celle des Visières de l’espoir. À la suite d’un appel à l’aide du CHU de Caen, en manque de visières de protection, 3Dnatives, le média en ligne de référence sur l’impression 3D, a lancé cette opération bénévole et solidaire. Celle-ci mobilise des entreprises de toutes tailles afin de fabriquer massivement, via l’impression 3D, des visières de protection pour les soignants. Decathlon, Renault, L'Oréal, Schneider Electric ou encore Faurecia ont ainsi répondu présent. « Ce qui est beau avec ce projet, c’est que dans toute la France les entreprises produisent localement mais les fichiers et les connaissances se partagent », conclut Stéphane Malaussena, qui soutient également cette initiative.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil