Khalil Khater, le luxe pour étendard

Khalil Khater est le président d'Accelis, un groupe spécialisé dans l'hôtellerie de luxe et la restauration, avec notamment le château de Ferrières. Son mot d'ordre : « oser ». Ce qui explique pourquoi l'école qu'il a fondée s'engage à décrocher un CDI à chacun des étudiants. Une façon pour lui de « rendre à la France ».

« Une vie - ma vie - sans l'entreprise, ce n'est pas la vie ! », proclame Khalil Khater. Cela dit, le président du groupe Accelis, qui dirige plusieurs établissements de luxe, hôtels et restaurants, sans oublier une école de management hôtelier, située à côté du fleuron du groupe, le château de Ferrières, en Seine-et-Marne, sait décrocher. A 19 heures, il rentre chez lui, à Bussy Saint George, à quelques kilomètres du château. « Ma réussite tient à cet équilibre », dit-il. Venu en France avec son frère faire ses études, sur fond de guerre au Liban, son pays d'origine, sa famille lui a manqué. Alors pas question de priver son épouse et leurs deux enfants, grands maintenant, de sa présence. Même chose pour ses collaborateurs directs : pas question de les déranger en dehors des heures de travail. La seule fois où il les a appelé un weekend, cela a été après la lecture d'ouvrages sur la disruption et l'intelligence artificielle, il y a quelques mois. « Si on ne réagit pas, on subira dans cinq ans. Je ne veux pas 'acheter' la révolution, je veux y participer activement », leur a-t-il asséné. Résultat, un mois après, un nouveau projet était né dans son esprit toujours en ébullition. Un centre d’innovation, baptisé Human Tech Valley, pour jouer les passerelles entre l'industrie de l’hospitalité et le numérique. La première pierre de ce concept ambitieux, l’Ecole 89, s’installe dès la rentrée sur le Campus Ferrières. Dans quelques mois, plusieurs immeubles seront sortis de terre, pour un investissement global de 40 millions d'euros. Human Tech Valley sera dotée de laboratoires - FoodLab et HotelLab - pour concevoir puis expérimenter des innovations numériques. « Oser » est son mot d'ordre. Dans la vie comme dans les affaires. Et s'il déborde d'énergie, il assure que le calme est sa devise...

Une première société, puis une autre...

Lorsqu'il a débuté sa carrière, chez Indosuez, après un doctorat en économie et en sciences politiques, il s'est vu reproché son « trop grand esprit d'initiative », se souvient-il, en savourant clairement l'anecdote... Son patron d'alors le parachute dans un hôtel du groupe Holiday Inn, à Marne-la-Vallée, en 1994. Le virage est pris. De même que le goût de l'entrepreneuriat. Il monte une première affaire de nettoyage, insatisfait qu'il était de la qualité du service reçu pour l'hôtel. Il ne s'est jamais arrêté. 

 

« Seul, on ne réussit rien »

Aujourd'hui, le groupe Accelis comprend 46 entités, qui couvrent 10 métiers (immobilier, restauration, hôtellerie - avec trois hôtels et une dizaine de restaurants). Si c'est bien lui qui dirige, chez Accelis, l'équipe prime sur l'individuel. « Seul, on ne réussit rien », assure-t-il. Son style de management va de pair avec cette philosophie, qui lui fait relativiser les échecs, mais aussi les succès. « Je suis le gardien de la cohésion de l'entreprise, mais en raison de la nature de son développement, chacun des dirigeants des diverses entités est spécialisé, tandis que je ne peux être que généraliste », analyse-t-il. Son secret ? Il écoute les autres, pratique la gestion décentralisée et développe une vision générale pour l'entreprise. Khalil Khater veut non seulement cultiver la tradition du luxe à la française mais aussi « rendre à la France ». « Je ne pourrai jamais rendre à la France tout ce qu'elle m'a donné, soupire-t-il. Elle a fait de moi un Français ».

Former des professionnels

Sa façon de « rendre à la France » passe par le soin qu'il porte à la préservation du patrimoine, tel le château de Ferrières, construit pour le baron de Rothschild et inauguré en 1862 par Napoléon III. « Nous avons investi 40 millions d'euros dans l'établissement, mais nous avons un bail emphytéotique et tout reviendra à la commune de Ferrières-en-Brie », indique l'homme d'affaires. En fait, sa postérité professionnelle, il ne la voit pas dans les 2 800 bulletins de paie établis chaque mois pour ses salariés. Il la perçoit grâce à l'école qu'il a fondée en 2015. « Un tel établissement survivra dans le temps, car personne n'ose fermer une école », avance-t-il. Avec ses trois pôles : gastronomie, hôtellerie et luxe, son bachelor et son mastère, l'école rivalise désormais avec les établissements suisses du secteur. A une différence près. Non seulement les étudiants sont sélectionnés sur leur motivation plutôt que leur niveau scolaire mais en plus, Khalil Khater s'assure que tous, quels que soient leurs moyens financiers, pourront étudier dans de bonnes conditions. Pour cela, il a monté un fonds de dotation de 500 000 euros, abondé par les fournisseurs, qui s'acquittent d'une somme équivalant à 3 % du montant facturé au groupe. De quoi fournir des bourses aux étudiants (220 cette année) qui en ont besoin. Et ce n'est pas tout. L'école, qui forme des professionnels de haut niveau, aptes à cultiver à leur tour le luxe à la française dans l'hôtellerie et la restauration, s'engage à trouver un emploi aux jeunes diplômés. Et pas n'importe lequel. Un CDI dans les meilleures sociétés du secteur, grâce à ses partenaires, comme LVMH, Royal Monceau ou Peninsula. « Nous avons fait appel à un cabinet de recrutement, et si nos diplômés n'ont pas décroché un contrat fixe dans les deux mois qui suivent l'obtention de leur diplôme - dans un environnement où la saisonnalité est souvent le lot des salariés - nous leur versons une indemnité de 1 500 euros par mois. Et les jeunes peuvent même refuser une première offre ! », précise le président d'Accelis. Une façon d'épauler ces jeunes talents - « s'ils ont fait la preuve de leur motivation pour rejoindre un secteur difficile, celui du service aux autres, il n'y a pas de raison de les laisser tomber ! », s'exclame Khalil Khater - et une façon, sans aucun doute, de redonner à la société française.

Le groupe Accelis est membre du réseau Bpifrance Excellence.

Entrepreneurs de tout le pays, comme Khalil Khater, unissez-vous !

Khalil Khater est l'un des 100 tops speakers attendus le 11 octobre 2018, sur la scène du Bang. Comme lui, soyez au rendez-vous de la 4e édition de Bpifrance Inno Génération

Inscrivez-vous vite !

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Venez découvrir l'@usineextra du 22 au 25/11 au @GrandPalaisRmn : une usine grandeur nature !… https://t.co/PzvbNQpci0