L’investissement 4.0, l’atout de la spécialisation

Si le marché de l’investissement est très dynamique, il se met désormais aux nouvelles technologies et met en avant des fonds d’investissement éthiques qui cumulent agilité et responsabilité sociale.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min

Echo 3 -  Investissement 4.0 par Bpifrance Inno Generation

Les fonds d’investissements private equity s’intéressent de plus en plus aux entreprises high tech, c’est même plus qu’une tendance comme en témoignent leurs représentants. « Dans un marché porteur, tous les clients private equity misent désormais sur l’innovation. Même dans le capital développement, qui a toujours préféré investir dans des business connus » explique par exemple Jean-Marc Le Roux, expert chez Bain et Compagny. En parallèle, les fonds entreprennent également une démarche pédagogique auprès des entreprises accompagnées. « Tous prennent le train du digital » relève pour sa part Olivier Goy, fondateur de Lendix. Un constat corroboré par Cécile N’Guyen de MBO Partenaires. « Notre métier depuis 15 ans est d’accompagner les PME avec des outils stratégiques. 80 % de nos participations sont plutôt low tech et B to B. Pour familiariser nos clients avec les nouvelles technologies, nous leur proposons des outils pédagogiques, des sessions de formation dédiées afin de les accompagner dans leur transition digitale ». 

digital

Laurent Vouilloux de Blackfin Capital Partner, fonds dédié à la finance, nuance, « il importe de garder un rôle de garde-fou, pour des sociétés moins en pointe sur le sujet. Utiliser les atouts du web a du sens en gardant une ligne de conduite et des perspectives ». La profession a encore du chemin à parcourir. « Beaucoup d’investisseurs ne sont pas forcément en phase avec les nouvelles technologies, beaucoup ont un site web, un profil Linkedin, un compte Twitter mais sans les actualiser. La culture digitale n’est pas encore totalement rentrée dans les mœurs. Elle doit dans tous les cas être impulsée par le dirigeant pour être crédible » note Olivier Goy.