La France est la destination n°1 des investissements étrangers en Europe

En 2019, la France est la destination européenne qui a accueilli le plus d’investissements étrangers. Les efforts en R&D et la transformation de l’industrie, moteurs de son attractivité, seront déterminants pour la relance post-Covid.

N°1. C’est la position de la France dans le classement des destinations européennes d’investissement en 2019. Avec 1 197 projets réalisés, soit 17 % de plus qu’en 2018, elle dépasse l’Allemagne (971) et le Royaume-Uni (1 109). Cette performance, mesurée par le Baromètre EY de l’Attractivité, s’inscrit dans la continuité des bons résultats de 2018 et 2019.

La crise du Covid-19 mettra-t-elle un coup d’arrêt aux investissements étrangers ? La réponse d’EY se veut nuancée. Si 25 % des dépenses d’investissement prévues en France en 2019 seront différées ou révisées, et 10 % annulées, les 65 % restantes seront maintenues. Une tendance partagée en Europe, qui ne remettra pas en cause la position de la France dans le classement.

R&D et industrie, les deux moteurs de l’attractivité française

La progression de la France est portée par ses efforts en recherche et développement. L’an dernier, les projets de R&D tricolores ont reçu le plus d’investissements étrangers en Europe. Les mesures de soutien à la R&D, comme le crédit d’impôt recherche, ont été déterminantes. Elles ont convaincu 28 % des dirigeants internationaux interrogés à investir en France entre 2016 et 2019.

Dans l’industrie aussi, les entreprises françaises peuvent se féliciter. Les projets de création ou d’extension d’usines se sont multipliés entre 2018 et 2019 (+ 20%). Une augmentation qui fait du pays le n°1 européen des investissements internationaux dans le secteur industriel. Deux régions se distinguent en la matière : les Hauts-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes, qui ont accueilli 28 % des projets d’investissement.

Une reprise sous conditions

Pour que la France conserve sa position de destination la plus attractive d’Europe d’ici 2025, le baromètre d’EY identifie 3 pistes. Tout d’abord la poursuite de la digitalisation, en particulier dans l’industrie, souhaitée par 82 % des répondants. Deuxième piste : la prise en compte des exigences environnementales, grâce à une production plus locale et décarbonée (57 %). Enfin, la démondialisation des supply chains (56 %), d’autant plus attendue que la crise a révélé les risques d’une forte dépendance à l’étranger sur certains produits sanitaires stratégiques.

Pour le Premier ministre Édouard Philippe, les investissements internationaux seront essentiels à la reprise. Mardi 2 juin, il s’est entretenu avec 14 investisseurs étrangers majeurs pour leur présenter les actions du gouvernement en faveur de la relance. « Nous sommes déterminés à conserver durablement la première place de l'attractivité en Europe. À l'heure où les entreprises évaluent leur stratégie post-Covid, la France est une valeur sûre », a-t-il affirmé quelques heures plus tôt à l’Assemblée nationale.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.