La Franche-Comté excelle dans la fabrication des jouets

En dépit d’une concurrence internationale féroce, la région Franche-Comté reste le berceau historique de l’industrie du jouet «made in France», en comptant plusieurs entreprises emblématiques du secteur.

  • Expertises
  • Temps de lecture: 2 min

À l’approche des fêtes de fin d’année, la filière française du jouet est en ébullition et mise sur cette période cruciale pour une majeure partie de ses revenus. En effet, ce secteur est soumis à une très forte saisonnalité. En 2014, 52 % des ventes de jouets ont été effectuées au quatrième trimestre et 35 % rien qu’au mois de décembre, d’après la Fédération française des industries jouet-puériculture.

ventes de jouets

Si le marché national est dominé par les produits étrangers (voir encadré), la Franche-Comté est toujours la première région française dans cette industrie.

Un secteur concentré

secteur concentré

À l’échelle régionale, il est difficile de dégager un chiffre d’affaires consolidé pour cette filière, en raison de l’hétérogénéité de la nomenclature de l’Insee, souligne la Chambre de Commerce et d’industrie de la région (CCIR). Cette dernière recense tout de même 13 entreprises qui se déclarent exclusivement productrices de jouets en Franche-Comté. Parmi elles, figurent notamment le numéro un français, Smoby, mais aussi Falquet & Cie, Ecoiffier, Juratoys ou encore Vilac, qui tirent une part non négligeable de leurs revenus à l’international.
Quant aux sous-traitants locaux du secteur, ils ne se consacrent pas entièrement à la production de jouets, en raison des variations saisonnières du secteur. Ils sont ainsi également actifs dans la production d’autres types d’objets décoratifs pour ne pas dépendre d’un seul débouché.

Un savoir-faire historique

jouet bois

Pour résister à la concurrence internationale, certaines entreprises franc-comtoises ont réussi à capitaliser sur leur savoir-faire, leur image de marque et la volonté de produire en France, à travers le travail du bois, notamment. C’est le cas par exemple de Jeujura, fondée en 1911, qui emploie actuellement 35 personnes. Sur la niche des jouets en bois, on trouve aussi la société Vilac (également créée en 1911), qui compte 42 salariés pour un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros en 2014. En 2012, ces deux entreprises se sont rapprochées sur le plan capitalistique, sans pour autant fusionner.
Outre le bois, la Franche-Comté excelle dans le domaine de la plasturgie (secteur phare de la région). Cependant, la contribution de la filière jouet à ce secteur n’est que de 0,1 %, selon la CCIR.

Des entreprises locales emblématiques

Avec Smoby - racheté par le groupe allemand Simba en 2008 - la Franche-Comté dispose du leader français de la filière jouet, avec 420 salariés. En 2014, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros, en croissance de 9 % par rapport à l’année précédente. Pour maintenir sa position, Smoby consacre 5 % de ses revenus à la recherche & développement. Sa production est réalisée à 70 % en France, principalement sur son site basé à Arinthod, dans lequel la société a investi plusieurs millions d’euros ces dernières années. Le reste de la fabrication est effectué en Espagne (10 %) et en Chine (20 %).

Autre entreprise de renom, Falquiet & Cie - fondée en 1947 et basée à Oyonnax - évolue dans un marché de niche en fabricant entièrement ses tracteurs à pédales extérieurs en France. À la fin juin (date de clôture de son exercice social), la société aux 65 employés a dégagé un chiffre d’affaires de 10,5 millions d’euros, en hausse de 6 % en un an. L’export représente 55 % de ses revenus, soulignant ainsi la qualité et l’attrait du jouet « made in France ».

Smoby Toys, le jouet jurassien