La recette du succès de Anne-Laure Constanza (Envie de Fraise)

Quelle est la recette derrière l’incroyable succès d’Envie de Fraise ? Un concept unique ? Une formation de haut niveau ? Un management atypique ? Réponses avec le portrait de sa fondatrice, un talent tricolore devenu grand, Anne-Laure Constanza.

« Alors Carla, envie de fraises ou pas ? » Mai 2011, la rumeur grandit : Carla Bruni-Sarkozy serait enceinte. Sur-le-champ, l’audacieuse fondatrice d’Envie de Fraise, Anne-Laure Constanza, s’offre une publicité à la Une de Libération. Quelques jours après, Carla Bruni-Sarkozy annonce officiellement sa grossesse et Envie de Fraise livre au Palais de l’Élysée une collection de vêtements sur mesure. Un joli coup de com’ pour la jeune dirigeante qui a créé en 2006 sa marque de prêt-à-porter pour femmes enceintes.

L’Amazone de la mode

Voilà une femme qui n’a pas froid aux yeux. Y compris quand se joue l’avenir de son bébé. À l’été 2017, elle accepte de céder son entreprise à MK Direct (le groupe propriétaire de Françoise Saget et Linvosges), « mais pas les rênes », confie la toujours présidente, ajoutant vivement : « L’acquisition par le groupe MK Direct n’était pas prévue, mais c’est une opportunité formidable pour passer à la vitesse supérieure à l’international. »

Anne-Laure Constanza n’est pas du style à faire du sur-place. Le bac en poche, l’aventurière part à la découverte de la Chine. Avec la même détermination, elle crée sa première société, échoue et repart de l’avant avec Envie de Fraise. Un mental de sportive de compétition qui ne lâche rien, mais sait arrêter vite si le projet s’avère sans issue.

La 1re en France à créer directement sa marque de prêt-à-porter sur le web

Figure emblématique de la génération « Paris Pionnières » (elle a été parmi les premières entrepreneures accompagnées par l’incubateur), Anne-Laure Constanza a, dit-elle, d’abord « osé (s’) écouter » et suivre ses passions, son intuition. Alors que le secteur du textile fait grise mine, elle investit la niche très éphémère des robes pour les futures mamans, et devient la première en France à créer directement sa marque de prêt-à- porter sur le web. La « digital mum » a vite compris qu’Internet était le seul moyen de proposer ses créations au prix le plus juste, sans intermédiaire. Tout en contrôlant la chaîne de valeur, parce que sans rentabilité, mieux vaut arrêter.

Mère de trois enfants dont des jumeaux, elle fut la fondatrice de l’association Mompreneurs France, réseau de mères entrepreneures engagée dans un lobbying auprès du gouvernement et des fonds d’investissement pour augmenter les capacités de financement des porteuses de projet. Même si elle reconnaît aujourd’hui que le combat n’est pas seulement une question de genre et que les fonds choisissent d’investir avant tout dans les projets avec potentiel.
Décidément pragmatique, la jeune femme sait aussi qu’avec le digital, tout peut s’arrêter demain : « C’est always day one », répète-t-elle volontiers. Aussi est-elle à l’affût de nouveaux projets, et veut s’en donner les moyens avec son nouvel actionnaire, MK Direct, séduit par une croissance du chiffre d’affaires de plus de 50 % par an et par les 40 % réalisés à l’international. La fondatrice d’Envie de Fraise, qui a rejoint le capital et le management du fonds, a visiblement toujours envie d’avoir envie.

Cette recette du succès est extraite de : Ces entrepreneurs Made in France, Patricia Salentey, Alisio, un ouvrage postfacé par Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

30 PME intègrent la première promotion de l’Accélérateur Chimie ! Ces PME vont suivre, durant 18 mois, un programme… https://t.co/Z99UocIyrv

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.