La supply chain de demain sera résolument digitale et verte

La crise du Covid-19 a mis en évidence le rôle stratégique de la supply chain, et la nécessité de la moderniser afin d’assurer les approvisionnements de demain.

« Avant, la supply chain était vue comme un mal nécessaire. Aujourd’hui, c’est une fonction stratégique de l’entreprise ». Pour Manon Gioan, responsable de mission Bpifrance, les entreprises doivent comprendre les enjeux qui sont liées à la gestion de leur supply chain et doivent traiter ces questions au niveau de leur comité de direction. Il faut dire que les attentes des consommateurs finaux ont fortement évolué ces dernières années : réactivité, vitesse, fiabilité, omni-canalité et respect de l’environnement sont devenus les conditions clés d’une expérience client réussie. Garantir cette réussite passe donc par une complète maîtrise de la supply chain.

La digitalisation : maillon essentiel de l’optimisation de la supply chain

Pour Manon Gioan, « les grands leaders de la supply chain de demain seront ceux qui auront su digitaliser et transformer la donnée en actif stratégique et rendre l’ensemble de leurs activités plus favorables et moins néfaste pour l’environnement ».
En effet, l’utilisation de la donnée permet l’optimisation sur l’ensemble de la chaîne de valeur :

  • de la production et du stockage grâce à une meilleure planification prévisionnelle,
  • du transport, avec par exemple les plateformes de freight forwarding qui proposent une tarification intelligente instantanée,
  • des process, en facilitant l’automatisation de certaines tâches, en particulier dans les entrepôts via la robotisation,
  • des ventes par une meilleure connaissance et proximité client.

La collecte et l’analyse de données clients reconfigure totalement les chaines de valeur. « Les acteurs qui sauront maîtriser la donnée connaîtront mieux que les industriels et les fabricants les besoins du client donc sauront mieux quel produit fabriquer, comment et dans quel délai et donc, petit à petit, seront plus compétitifs in fine, pour remplacer des fabricants. », rappelle Emmanuel Schneider, délégué innovation Bpifrance. Ainsi des prestataires supply chain diversifient leurs services et captent des parts de marchés d’industriels, comme par exemple Géodis qui devient assembleur automobile grâce à sa connaissance à l’échelle mondiale des prévisions de vente et des niveaux de stock de ses clients.

L’enjeu environnemental change la donne

« L’enjeu environnemental est de plus en plus scruté par les utilisateurs finaux. Néanmoins on constate que beaucoup d’entreprises ont encore une attitude très attentiste sur ce sujet », constate Emmanuel Schneider. Aujourd’hui, les leviers de réduction de l’impact environnemental sont adoptés par les entreprises lorsqu’ils permettent aussi d’améliorer l’efficacité et les coûts. Pour aller plus loin, les donneurs d’ordre et les pouvoirs publics doivent s’impliquer pour permettre un véritable changement qui impactera l’ensemble de la chaîne de valeur car « le consommateur final n’attendra pas les changements de loi ».

Bpifrance a un rôle très important à jouer dans l’accompagnement des PME et des ETI dans la gestion de la supply chain et la prise en compte de toutes les reconfigurations qui sont en cours sur la gestion de la donnée, la digitalisation, et la transition écologique. « Bpifrance va financer de plus en plus des projets qui auront des retombées positives pour l’environnement et va essayer de financer de plus en plus d’entreprises qui auront des programmes concrets pour se transformer et améliorer leur empreinte carbone », conclut Emmanuel Schneider.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil