La voie royale vers l’économie numérique

Le rapport Lemoine, récemment remis au gouvernement, liste 180 propositions pour faciliter la transition de l’économie française vers le numérique. Une transformation profonde qui touchera tous les domaines et tous les aspects de la société.

  • 15 décembre 2014
  • Temps de lecture: 2 min

Plus d'opportunités que de risques pour l'économie

Comment accélérer la transformation numérique de l’économie française ? C’est tout l’enjeu du rapport sur le sujet rendu public début novembre denier. Philippe Lemoine, son auteur, est catégorique. Le président de la Fondation Internet Nouvelle Génération estime que le numérique est davantage porteur « d’opportunités que de risques pour l’économie française» et a conçu 180 propositions pour stimuler son passage à l'ère numérique. Certaines de ces mesures seraient à mettre en place immédiatement, d’autres s’échelonneraient sur les trois ans à venir.

Transformer le quotidien 

Transport, santé, consommation d'énergie : tous les aspects de la vie quotidienne sont concernés. Le rapport recommande par exemple la création d’un « pass mobilité universel », véritable titre de transport unique (train, bus…) utilisable sur l’ensemble du territoire français et payable par smartphone. La e-santé est aussi mise en avant, avec la proposition de créer un écosystème spécialement dédié aux innovations permettant le suivi des maladies chroniques grâce aux objets connectés. Le développement durable n’est pas non plus oublié avec la recommandation de développer des applications pour aider les foyers à mieux maîtriser leur consommation d’énergie.

Un effort transversal 

L’ambition du rapport est réelle : de l’État aux collectivités locales, des grands groupes aux PME en passant par les startups, tous sont conviés à prendre part à la transition. Et pour cause ! Les technologies numériques bouleversent à la fois les mentalités et les process.

  • Le monde du travail étant le premier concerné, le rapport plaide pour la formation des dirigeants, administrateurs des entreprises et responsables syndicaux  à la transformation numérique.
  • Les entreprises sont incitées à adopter des méthodes d’innovation ouverte et collaborative entre grands groupes et PME.
  • L’État est sollicité pour libérer les capacités financières nécessaires via, notamment des incitations fiscales. Objectif : favoriser la consolidation entre jeunes pousses ou la prise de participation à leur capital par de grandes entreprises nationales pour éviter le rachat par des capitaux étrangers des startups de l’Hexagone.

 

La France, un terreau fertile

Sur le terrain, pas de doute : la transition vers le numérique est déjà en marche. Selon une enquête IDC/Microsoft de juin 2014, 46 % des PME françaises estiment que le numérique est un levier de croissance payant pour l’avenir. La moitié des dirigeants de petites et moyennes structures envisagent même, malgré la crise, d’investir davantage pour accompagner leur transition numérique, notamment grâce à l’innovation. Une prise de conscience qui incite, incontestablement, à l’optimisme !