Laboratoire Icare : un garant de la qualité des masques

Le Laboratoire Icare, entreprise du secteur de la santé industrielle, a développé un test de conformité des masques qui se révèle essentiel dans la lutte contre le Covid-19.

Une aubaine pour le secteur de la santé. Depuis peu, le Laboratoire Icare, spécialiste de la fabrication et du contrôle de dispositifs médicaux, a mis en place un test de qualité des masques vendus sur le marché. L’entreprise membre du réseau Bpifrance Excellence est sollicitée par de nombreuses sociétés du secteur de la santé pour sa nouvelle activité.

Une centaine de modèles de masques testé depuis le début du confinement

Habituellement, la fabrication de dispositifs médicaux représente trois quarts de l’activité de l’entreprise basée à Saint-Beauzire (Puy-de-Dôme). Le Laboratoire Icare est aussi spécialisé dans la sécurité des produits mis sur le marché. Concrètement, quand une entreprise du secteur de la santé veut commercialiser un produit, elle fait appel au Laboratoire Icare pour passer les tests de conformité et de sécurité. « On a notamment un cœur de métier qui est la maîtrise de la contamination, vérifier que les produits ne sont pas contaminés », explique Christian Poinsot, son président.

Mais depuis le début du confinement, Icare a ajouté une corde à son arc. « C’est directement lié à notre savoir-faire. Nous avons développé deux axes : un contrôle permettant de vérifier qu’un masque chirurgical est conforme car un seul acteur était capable de le faire en France et une méthode rapide et simple pour vérifier la qualité des masques sur le marché », renchérit-t-il. Le Laboratoire Icare a testé une centaine de modèles de masques depuis le déploiement de cette activité.

Les demandes de contrôles qualité d’autres produits nécessaires à la lutte contre le Covid-19 explosent également. « Nous recevons un grand nombre de demandes de tests d’antiseptiques, de désinfectants, de lotions », confie Christian Poinsot. Il ajoute que le Laboratoire Icare « travaille avec INGENICA qui met au point une désinfection des masques FFP2 pour permettre de les réutiliser en toute sécurité ». Le procédé « serait déployé à grande échelle si on a le feu vert du gouvernement ».

Une entreprise préparée au jour d’après

Malgré cette période faste, l’entreprise prépare aussi l’après-crise. « On était en plein plan de recrutement, on embauchait 10 personnes dans les services commerciaux et marketing. On va maintenir ce recrutement, à la reprise, ça sera très important ». Bien que l’entreprise voit son activité classique diminuer de 20 %, Christian Poinsot ne se montre pas inquiet pour l’avenir. « On peut avoir une vraie valeur ajoutée en termes de santé industrielle qui va rebondir sur la santé publique ».

Sur le plan organisationnel, l’entreprise n’a pas été bouleversée par l’épidémie. Et pour cause, la distanciation sociale était déjà en place avant le confinement. « Ça fait partie de la culture de l’entreprise. On se dit bonjour sans se serrer les mains, sans se faire la bise. Ça a été plus facile de s’adapter », explique le dirigeant du Laboratoire Icare.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.