Laure Wagner : "j’ai mené de front la création de « 1km à pied » tout en étant à temps plein chez BlaBlaCar"

Ex-cadre chez BlaBlaCar, la fondatrice de la jeune pousse “1km à pied”, basée à Station F, est une mordue d’écologie et de l’univers startup. Elle a lancé une plateforme intelligente proposant aux entreprises et organisations multi-sites d’optimiser les trajets entre le lieu de travail et le domicile de leurs salariés. A la clé : des économies, un moindre impact carbone et un meilleur équilibre de vie. Entretien. 

Bpifrance : Vous étiez responsable de la communication de la licorne BlaBlaCar depuis ses débuts. Puis, l’an dernier, vous avez décidé de créer votre startup. Pourquoi ?

Laure Wagner : C’est après avoir lancé BlaBlaLines, qui est une application de covoiturage entre le domicile et le lieu de travail, que j’ai été interpellée par un chiffre : la moyenne des trajets était de 37 km. Étant une mordue d’écologie et de tech, j’ai eu envie de mettre mon énergie dans un projet qui permettrait aux entreprises de réaliser en quelques clics le diagnostic des trajets de leurs salariés. J’ai donc créé la startup "1km à pied", qui vise un mode de trajet cohérent avec le monde en crise économique et climatique dans lequel nous vivons. Aujourd’hui, le trajet moyen des actifs en France est de 16 km en voiture… C’est dire qu’il reste du chemin à parcourir pour arriver à 1 km à pied !

B : Comment se sont passés vos premiers pas en tant qu’entrepreneure ?

L.W : J’ai toujours aimé mener des projets et je savais qu’un jour je serais entrepreneure. Lancer cette startup me tenait tellement à cœur que j’ai mis toute mon énergie pour la mettre en route : j’ai mené de front la création de "1km à pied" tout en étant à temps plein chez BlaBlaCar et en élevant deux enfants. J’avais la conviction que la tech pourrait booster les plans de mobilité et permettre de repenser les besoins.

B : Comment votre solution permet-elle de réduire les trajets ?

L.W : La première étape est le diagnostic, via un outil plug and play, qui cartographie les trajets effectués par les salariés d’une équipe. Vient ensuite la data analyse. Elle permet d’optimiser les trajets actuels en proposant de changer le mode de déplacement – pour certains à vélo, pour d’autres en transports en commun ou en covoiturage -, et d’estimer le montant des économies, la réduction des émissions carbone ainsi que le retour sur investissement. La troisième étape consiste à montrer aux organisations qui disposent de plusieurs sites – grandes entreprises, collectivités, services publics… - quels salariés pourraient être rapprochés de leurs domiciles. C’est ce que nous avons par exemple mis en place pour Point P en Normandie. Avec notre outil, nous espérons permettre à nos clients d’atteindre l’objectif carbone, tout en réalisant des économies et en proposant à leurs salariés un meilleur équilibre entre les vies personnelle et professionnelle. Les études le prouvent : plus le trajet est court, plus les employés sont performants et engagés.

B : Aujourd’hui, vous comptabilisez vos premiers clients. Vos ambitions pour demain ?

L.W : Notre ambition est de devenir l’outil de référence dans le cadre de la mise en place des plans de mobilité, obligatoires depuis récemment pour toute entreprise de plus de 50 salariés. Et, surtout, d’avoir un réel impact positif sur la société et l’environnement.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil