Le Nigéria : un géant au potentiel considérable

Entrepreneurs, vous voulez mettre l'Afrique dans votre business plan ? Alors pensez au marché nigérian !
Selon Bertrand de la Forest Divonne, directeur Business France Afrique occidentale et centrale, les entreprises françaises y ont toutes une place, sous réserve de patience dans leurs démarches de prospection.

Quelles sont les caractéristiques de ce marché ?

Malgré la crise économique qui a touché le Nigeria en 2016 et partiellement en 2017, la croissance du PIB a repris au dernier trimestre 2017 avec un taux de 0,5 % et le Nigeria reste la 1re économie du continent africain.

Demographie
Le pays compte plus de 190 millions habitants aujourd’hui et devrait passer à 400 millions d’ici 2050, en devenant la 3e population mondiale. Si entre 20 et 30 millions des habitants font partie de classe moyenne émergente à fort pouvoir d’achat, une grande partie de la population nigériane subsiste avec 2 dollars par jour.

La récente crise et les dégâts générés, dont un considérable arrêt des investissements dans les infrastructures cruciales au développement du pays, a incité le gouvernement à mettre en place un vaste plan de diversification des activités du pays, dont celles potentiellement exportatrices, l’agriculture et l’agro-industrie se positionnant en tête. Ce pays dispose en effet des ressources nécessaires au développement de la production agricole (qui représente plus de 20 % du PIB), et aussi au développement d’autres industries. Sans oublier les services, ces derniers représentent plus de 50 % du PIB du pays.

Le Nigéria est-il accessible aux PME et aux ETI ?

"Le pays se prospecte dans la durée."

Les ETI souvent plus aguerries à un export complexe, doivent s’intéresser à ce pays prometteur. Les PME doivent s’assurer une solide structure financière avant de se lancer car le pays se prospecte dans la durée. En tout cas, les sociétés françaises y ont toutes une place, sous réserve de patience dans leurs démarches de prospection. Rares sont les contrats signés dès la première année de négociation. Les résultats positifs apparaissent dans la durée avec de véritables courant d’affaires noués via des partenariats solides et de confiance. Et c’est le travail du bureau de Business France Lagos d’aider ces entreprises qui s’intéressent à ce marché. 
S’agissant des coûts d’implantation, on estime à environ 400 000 € l’investissement minimum nécessaire pour une installation durable à Lagos, une ville où les coûts de recrutements comme les loyers sont élevés, que ce soit pour les bureaux ou les logements.

Quelles sont les secteurs porteurs pour les entreprises françaises ?

Les secteurs porteurs sont nombreux et diversifiés allant de la distribution aux télécoms en passant pour le numérique et le e-commerce.
Le secteur des vins et spiritueux se positionne parmi les premiers secteurs porteurs avec un marché estimé à 2 milliards d’euros (en 2016) tous produits confondus. Des grands groupes français fabriquent localement des spiritueux, et des importateurs de haut niveau approvisionnent le marché en vins de toutes qualités malgré une taxe de 70 %. Business France organise chaque année des « wine tasting » avec succès.
On notera également que l’agro-industrie et tout ce qui concerne la transformation des produits de consommation alimentaire (production de conserves, dont fruits et légumes, équipements, chaîne du froid…) est un secteur à ne pas négliger. 
Le secteur des cosmétiques, dont le marché est estimé à 2,5 milliards de dollars, est lui considéré comme majeur, avec notamment tout ce qui est soins capillaires et soin pour le corps. 
Enfin, les secteurs de pharmacie, parapharmacie constituent un marché très important. Les entreprises françaises, qui exportent ce type de produits, et dont l’excellence est reconnue, ont des places à prendre.

Le saviez-vous ? 

  • Lagos, poumon économique du pays, est un véritable « Etat Nation ». Le PIB de l’Etat de Lagos est supérieur à ceux cumulés du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Gabon.
  • Le Nigéria, géant d’Afrique, héberge également plusieurs milliers de millionnaires en USD et une trentaine de milliardaires avec en tête Aliko Dangote, homme d’affaires le plus riche d’Afrique qui opère notamment dans le secteur du ciment.
  • Le Nigeria avec « Nollywood » est le 2e plus gros producteur de films au Monde (en volume), derrière Hollywood et devant l’indien Bollywood. Equipements, formations à des techniques, l’excellence française peut trouver des débouchés et certaines entreprises s’y emploient déjà.

Comment trouver et travailler avec un partenaire sur place ?

Si notre absence de passé commun est sûrement un avantage, de nombreux entrepreneurs nigérians ne connaissent que très peu la France. 
Pour y réussir, la persévérance est le maître-mot. Travailler dans la langue commerciale qu’est l’anglais est une nécessité. Et la communication est essentielle une fois le partenaire choisi. Le contact peut être quotidien, les Nigérians étant de grands adeptes des réseaux sociaux. Maintenir les échanges régulièrement est un « must ».

Différentes cultures, différentes manières… quelles sont les bonnes pratiques à connaitre pour réussir sur place ?

On recense 250 ethnies dans le pays dont 3 majoritaires, les Yoruba (Lagos) majoritaire, les Ibos (commerçants du Delta), les Aoussa (musulmans au Nord). De manière générale, le pays se caractérise par une grande tolérance religieuse, musulmans et chrétiens cohabitent dans le calme. Si les contacts entre exportateurs et clients se font simplement, on évitera tout de même les sujets religieux.

Comment se faire payer ?

On recense peu de litiges sur les transactions, peu de demandes d’interventions auprès des avocats ou de l’ambassade. Les banques nigérianes sont très nombreuses et de bon niveau. Les moyens de paiement sont classiques, les transferts bancaires nombreux et se font en dollars le plus souvent.

A noter une contrainte qui vise à protéger le marché de l’importation de certains produits. 41 produits ne sont pas interdits à l’importation mais ne peuvent être payés qu’en Nairas, la monnaie locale. Ce qui de fait revient à interdire l’importation !

Pour conclure : quel conseil donneriez-vous aux entrepreneurs français souhaitant se lancer au Nigéria ?

Avant d’aborder ce marché, il faut bien avoir à l’esprit que le Nigéria n’est ni l’Afrique occidentale, ni l’Afrique centrale. C’est un géant au potentiel considérable que l’on aborde de manière différente de celle des pays voisins. Je conseille de faire appel à des avocats, spécialistes de la réglementation et de l’accès au marché. Business France est également là pour aider à accompagner l’entreprise selon ses besoins.  Il faut également disposer des moyens de ses ambitions, être solide financièrement et avoir un plan de prospection bien structuré. Enfin, il ne faut pas s’attendre à un retour sur investissement à court terme : 2 à 3 ans, c’est le minimum pour réussir au Nigéria !

Bpifrance Inno Génération

Vous voulez identifier vos opportunités business sur les marchés internationaux ? Alors inscrivez-vous vite pour la 4e édition de Bpifrance Inno Generation qui aura lieu 11 octobre 2018 à l'AccorHotels Arena. Vous pourrez alors prendre rendez-vous avec les directeurs pays Business France et mettre le "monde" dans votre business plan. 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

RT @NicolasDufourcq: La mobilisation en faveur de l’accompagnement des ETI 🇫🇷 ne faiblit pas ! @Bpifrance @EIB https://t.co/ZI41Sl1AK1

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.