Le marché du maillot de bain éco-responsable en plein essor

Ce bout de tissu est en train de connaitre une véritable révolution écologique ! Aujourd’hui, tour d’horizon des entreprises, made in France, qui vont rendre votre été plus vert. 

Fils issus de déchets plastiques, matières éco-certifées, bio sourcées ou recyclables : le marché du maillot de bain éco-responsable, pourrait être la solution pour sortir la tête de l’eau au secteur de la mode et du textile : « 3e industrie la plus polluante ». 

Des filets upcyclés

Les filets de pêche abandonnés représentent à eux seuls 55 %* de la pollution mondiale des océans. Un constat qui, dès 2017, pousse Lauren Peuch à développer une marque 100 % éco-responsable en donnant une seconde vie aux filets de pêche usagés et abandonnés en mer.  « Dans une logique circulaire, nos tissus contribuent au nettoyage des océans et sont recyclables à l'infini », peut-on également lire sur le site de l’entreprise qui utilise également de l’élasthanne et du nylon recyclé afin de réduire son émission de carbone de 55 % par rapport à la production classique. 

Une démarche qui séduit également Marion Ruilhat et Sébastien Fredeau, fondateurs d’Apnée, une griffe de maillot de bain qui a choisi de s’associer à la fondation Seaqual afin de concevoir une ligne « éthique et innovante ». Fort d'un très grand réseau de pêcheurs en Méditerranée, Seaqual collecte les déchets plastiques retrouvés dans les filets de pêche et sur les plages pour les transformer en fibre éco-responsable. 

Redynamiser le tissu local  

Soutenir une industrie locale, un savoir-faire français, et contribuer à l’économie française, c’est le choix de la marque Maline qui conçoit des maillots de bain à partir de fibre Econyl, composés de matériaux recyclés (filets de pêche, tapis, moquettes, plastiques...) dans son atelier de production en région Rhône-Alpes.  

De son côté, le Slip Français, en perpétuelle recherche pour développer des produits aux matières plus responsables, a lancé l’été dernier son premier maillot de bain recyclé. Composé de polyester « New Life », obtenu à partir de bouteilles d’eau en plastique recyclées, la marque a pour ambition de généraliser ce produit pour « Changer la Mode. Changer le Monde ».  

Selon une étude Kantar menée en avril dernier, en pleine pandémie, 42 % des Français interrogés pensaient que les entreprises françaises devraient, à l’avenir, rapatrier leurs productions et usines en France.  

Un groupe de travail a d’ailleurs été mis au point au sein de l'Union Française des Industries de la Mode et de l'Habillement (UFIMH) qui élabore depuis mai une stratégie de relocalisation et réindustrialisation de la filière. 

« L’objectif, en partenariat avec l’État, est donc, en accompagnant nos entreprises, de protéger nos emplois, notre modèle social et notre environnement. Pour cela, il est nécessaire de tendre à une chaîne de valeur industrielle mieux équipée et plus équilibrée, innovante, privilégiant les 'circuits courts', utilisant des leviers liés à la commande publique ou la fiscalité. C’est à ce prix que l’on pourra construire une mode désirable et durable, accessible au plus grand nombre. », confiait Marc Pradal, président de l'UFIMH à Fashion Network.  

*Chiffre Business Insider 2020 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.