Le secteur de la restauration accélère sa digitalisation

Un mois après la réouverture des établissements sur l’ensemble du territoire, le secteur semble reprendre son souffle et poursuit ses efforts de transformation.

Grâce aux différentes mesures de soutien mises en place dans le cadre du plan tourisme, les restaurateurs « ont pu dans l’ensemble rouvrir leurs portes dans des conditions acceptables hormis les contraintes sanitaires limitant pour ceux n’ayant pas de terrasse l’activité». Pour Serge Mesguich, directeur du fonds France Investissement Tourisme de Bpifrance, « ceux qui ont été contraints de mettre la clef sous la porte, sont ceux qui souvent étaient déjà en difficulté. Le turnover a toujours existé dans la restauration. Chaque année, il y a une rotation naturelle jusqu’à  16%, entre concepts qui ne fonctionnent pas, les restructurations… ». Les autres ont profité de ce temps mort pour se réinventer.

Et depuis l’annonce de la réouverture, une majorité a d’ailleurs remis le couvert, en renouvelant son offre. Le click & collect, par exemple, poursuit son essor. Il permet aux clients de commander de chez eux et de venir récupérer leurs plats. « 75% des gens ne vont pas changer leur mode de consommation, malgré la crise. Les autres vont d’avantage passer par la livraison ou la vente à emporter. Les établissements qui ont su adapter leur offre, et la digitaliser sont donc ceux qui s’en sortiront le mieux. Bientôt, la norme sera de regarder le menu sur internet ou en flashant le QR code sur la table », commente l’expert.

Les restaurants ont emprunté en moyenne 15% de leur CA grâce au PGE

Le secteur se digitalise, et ce dès l’instant où le client réserve sur une plateforme de référencement, jusqu’à l’addition, avec le paiement sans contact. Mais pour Serge Mesguich, il faut aller encore plus loin : améliorer sa communication digitale, ce qui est en fait aujourd’hui améliorer sa communication tout court, développer son site internet, assurer une présence sur les réseaux sociaux… « 85% de la clientèle arrive par le bouche à oreille. La communication est donc un aspect essentiel pour générer à nouveau du chiffre d’affaires. » Et il ne faut pas non plus négliger les plateformes de référencement « qui peuvent être un bon moyen d’attirer de la clientèle ».  

Un transformation possible grâce aux différentes aides mises en place par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire : chômage partiel, prêts Tourisme et Atout, étalement des charges sociales… « Avec le PGE, les restaurants ont emprunté en moyenne 15% de leur CA. Lorsqu’ils ont rouvert ils n’avaient pas consommé tout leur prêt. C’est ce qui leur a permis de repartir aussi vite que ça s’était arrêté. C’est un secteur qui présentera en général une bonne capacité de rebond », conclut le directeur de fonds.

Plan de relance Tourisme Bpifrance : 

L'intervention de Bpifrance auprès des exploitants touristiques vise à soutenir les TPE, PME et petites ETI fragilisées par une situation conjoncturelle mais dont les fondamentaux restent pérennes sur le long terme. Notre objectif est de consolider leurs fonds propres, relancer l’offre et assurer leur rebond. Nous avons mis en place deux fonds d’investissements répondant à deux besoins différents :

- FAST : Fonds Avenir Soutien Tourisme

- FIT 2 : Le Fonds France Investissement Tourisme 2

Pour en savoir plus, rendez-vous sur tourisme.bpifrance.fr

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil