Avec des ateliers en France, Cocolico réussit l'exploit d'exporter du textile en Chine. L'entreprise est aussi à l'origine d'une innovation qui pourrait bien révolutionner les cabines d'essayage.

cocolico
Les vêtements pour enfants de l'entreprise française Cocolico sont plus connus dans les grands magasins asiatiques que dans les centres commerciaux de l'Hexagone. De fait, son chiffre d'affaires est entièrement réalisé en Asie.
 Depuis Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, une dizaine de couturiers fabriquent de petites collections (entre 20 et 5 000 unités) à destination des marchés chinois, coréen, taïwanais et japonais. « Nous ciblons une clientèle aisée désireuse de s'habiller à la mode européenne tout en l'adaptant à leur propre culture, explique Muriel Thuillier, fondatrice en 2013 de Cocolico. En Chine, par exemple, nos clients souhaitent du rose princesse pour les filles ! Nous adaptons également les matières en fonction du climat et les modèles à la morphologie des enfants des différents pays dans lesquels nous travaillons. Les enfants en Chine sont plus petits et plus ronds que nos tailles standards. »
 Comptez tout de même entre 100 et 150 euros la robe de petite fille...

Ouverture à Shanghai, Pékin puis Paris

Logo Cocolico
En novembre prochain, Cocolico doit ouvrir à Shanghai une boutique en nom propre dans un « shopping mall » de la célèbre rue commerçante Nanjing Road. Une deuxième ouverture est programmée dans la ville de Nanjing.
 D'ici la fin du mois, le nombre de couturières devrait doubler pour répondre à la hausse des commandes. « Notre force est de pouvoir proposer rapidement des collections, précise Muriel Thuillier. Par chance, la région est héritière d'un bassin textile, cela facilite le recrutement. »

Miroir d'essayage virtuel

Paris n'est pas en reste. Un magasin éphémère doit ouvrir au 29 rue du Roi-de-Sicile, dans le Marais, le 4 décembre prochain. L'occasion de dévoiler la nouvelle innovation de Cocolico : un miroir d’essayage virtuel.
Ce projet mené en partenariat avec la société franco-japonaise LM3LABS « offre aux clients une expérience ludique, souligne Muriel Thuillier. L'enfant va pouvoir s'amuser à changer virtuellement de vêtement en déclinant suivant la couleur, les motifs ou la matière. » Finis les interminables essayages en magasin !

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Nous accordons une attention particulière à vous, #TPE et #PME, véritables tremplins vers l’#emploi dans les… https://t.co/E6iDPX8Gzo