Les excellents résultats de la « French Tech »

Les start-up du numérique ont enregistré en 2013 une augmentation du chiffre d’affaires total de 43 %. Les candidatures au label « Métropole French Tech » se multiplient sur l’ensemble du territoire.

  • Bang
  • Temps de lecture: 2 min

Cap sur l’export

En 2013, les jeunes pousses françaises du numérique ont enregistré d’excellentes performances. Pour ces dernières, tous les voyants sont au vert comme le montre l’enquête que viennent de rendre public le cabinet d’Audit EY et l’association France Digitale.

Dans un contexte économique difficile, les 116 start-up du numérique interrogées ont connu, l’an dernier, une croissance du chiffre d’affaires (CA) total de 43 % à 2, 279 milliards d’euros (contre 1, 598 en 2012). Et hors des frontières de la France, elles enregistrent une augmentation du CA de 100 % à 881 millions d’euros. Ces entreprises réalisent désormais 39 % du chiffre d’affaires à l’international. La preuve qu’innovation rime bel et bien avec exportation.

Dynamiser l’écosystème

Au vu de ces excellents résultats, il n’est pas étonnant que de plus en plus d’agglomérations aient annoncé leur intention de se porter candidates au label « Métropole French Tech ». Il y a Paris, bien entendu, mais également désormais Bordeaux, Nice, Toulon, Brest, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Nantes...

L’initiative « French Tech » va permettre aux jeunes pousses de bénéficier de l’aide d’ « accélérateurs » pour leur offrir la possibilité de croître plus rapidement pour en faire, au final, de véritables champions mondiaux. Mais au-delà des seules start-up, les PME déjà bien établies des métropoles candidates attendent également des retombées concrètes du label « French Tech ».

« Ce dernier peut représenter un atout, notamment lors des appels d’offre quand nous sommes concurrencés par des poids lourds du secteur », affirme Emmanuel Granger, responsable R&D chez Groupe Cartegie, une entreprise de la région bordelaise, membre de la communauté Bpifrance Excellence, spécialisée dans le traitement des données, qui emploie une cinquantaine de personnes.