Les nutriments d'hier font la croissance actuelle de Nutergia

Avec la construction d’un nouveau laboratoire, la société pharmaceutique aveyronnaise prévoit de tripler ses capacités de production. Son ambition : conquérir de nouveaux marchés à l'international.

  • Bang
  • Temps de lecture: 1 min
Antoine Lagarde © Nutergia

Dans l’Aveyron, il n’y a pas que le traditionnel Roquefort et l’aligot. Le département abrite également le laboratoire Nutergia, classé parmi les trois leaders nationaux en matière de compléments alimentaires à base de ferments lactiques. Des produits vendus en pharmacie et reconnus pour favoriser le confort intestinal.

Rien ne semble enrayer l’ascension de Nutergia, qui inaugurera en 2017 un nouveau laboratoire. Objectif : « Tripler les capacités de production », explique Antoine Lagarde, le Pdg de Nutergia. Quelques 180 salariés travaillent aujourd’hui à Capdenac, au siège historique de l’entreprise. « Les effectifs pourraient atteindre 300 salariés avant cinq ans et nous pourrions dépasser 45 millions d’euros de chiffre d’affaires contre 32 millions actuellement », estime le jeune dirigeant, arrivé à la tête de l'entreprise en 1997 pour épauler son père, pharmacien de profession. A l’époque, l’entreprise familiale comptait moins de 20 salariés et réalisait à peine deux millions d’euros de chiffre d’affaires....

Prochain chantier : l’export

« Nutergia s’appuie sur des nutriments essentiels (plantes, minéraux…) que l’on retrouve dans l’alimentation d’autrefois - et que l’industrie agroalimentaire occulte et remplace par des produits de synthèse… De mauvais comportements alimentaires qui s’ajoutent bien souvent au stress et à la pollution, et qui ont un impact négatif sur nos cellules », poursuit Antoine Lagarde. Pour doper sa croissance, Nutergia entend aussi s’attaquer à un autre chantier. Actuellement, un produit sur trois est commercialisé à l’étranger. « L’ambition est d’atteindre un produit sur deux d’ici cinq ans », confie le jeune Pdg.