Les promesses des « medtechs» françaises

La France est à la pointe des nouvelles technologies médicales.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min

Un marché mondial

Dans un marché mondial évalué à 200 milliards d’euros et en croissance de 6 % par an, les entreprises hexagonales du secteur tirent incontestablement leur épingle du jeu.

A la pointe des techniques les plus modernes, elles se nomment Medicrea, Spineway, Vexim ou Spineguard et révolutionnent les implants chirurgicaux ou orthopédiques. A titre d’exemple, la société Implanet a déjà vendu 2000 implants novateurs du rachis dans le monde entier. Et ce n’est pas fini. Le Journal du Net a dressé la liste des 10 start-up qui vont révolutionner le secteur de la santé. On y retrouve, en autres, le français Medissimo qui a inventé un pilulier intelligent qui communique avec les malades et surveille leur prise de médicaments.

Opération également réussie pour Crossject. La société, qui développe un dispositif innovant d’injection sans aiguille, vient de réussir de main de maître son introduction en Bourse.

Des champions français

La France, championne des nouvelles technologies médicales ? Aujourd’hui, tout l’enjeu est de faire croître les «medtechs » françaises pour en faire des championnes mondiales de leur catégorie.

Jusqu’à présent, ces structures vivaient un véritable paradoxe : parce qu’elles ont du mal à trouver des débouchés sur le territoire national, souvent faute de crédits publics, ces entreprises étaient souvent contraintes de faire leurs première armes sur les marchés étrangers.

Or, on ne devient jamais un leader mondial sans être d’abord maître chez soi. Mais, la situation est en train d’évoluer. Les dispositifs médicaux et nouveaux équipements de santé font partie de la liste des 34 plans de « reconquête industrielle » lancés en 2013.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, a publiquement souhaité que les acheteurs publics affirment leur préférence pour les produits français. De fait, l’environnement est, pour ces sociétés, plus que jamais favorable alors que l’exécutif a entrepris de doper la compétitivité française en faisant de l’Hexagone une véritable « start-up République ». Tout semble désormais en place pour faire du secteur des « medtechs » l’un des fleurons de l’économie nationale.