Lunii veut exporter son boîtier à histoires pour enfants

L’équipe de Lunii se donne pour objectif une commercialisation en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis d’ici un an.

« Lorsque j’ai écrit mon mémoire de fin d’études sur l’imaginaire, j’ai constaté que celui des enfants d’aujourd’hui est de plus en plus bridé par les représentations imposées par la télévision, les jeux vidéo, la publicité. J’ai donc voulu proposer un outil pour y remédier », raconte Maëlle Chassard, diplômée en 2013 de l’école de design Strate. 

"Je savais que je voulais créer mon entreprise après mes études"

C’est ainsi qu’a germé l’idée d’un boîtier à histoires pour enfants. Elle en a fait un projet de start-up, et forme - depuis l’automne 2013 - une équipe avec trois amis : Eric Le Bot (directeur technologie), Thomas Krinbarg (directeur digital) et Igor Krinbarg (directeur exploitation). Leur start-up, Lunii, a été créée officiellement en 2014. 
« Dès mon entrée à Strate, je savais que je voulais créer mon entreprise après mes études. J’ai été confortée en cela lors de mon stage de 3e année au cours duquel j’ai découvert l’environnement start-up. Un environnement idéal pour moi », confie la jeune pédégère.

15 000 boîtiers écoulés en 4 mois

Boitier Lunii

Avec ses coéquipiers, elle a imaginé « La Fabuleuse Fabrique à histoires ». Cet objet interactif permet aux bambins de 3 à 7 ans de sélectionner un héros, des personnages et le lieu de l’histoire. Le boîtier lui raconte alors une histoire de 3 à 6 minutes correspondant à ses envies du moment. « Les histoires sont écrites par des auteurs professionnels. Au départ, par connaissances, puis nous avons organisé un concours d’écriture d’histoires sur la plate-forme « WeLoveWords » et depuis, ce sont souvent des auteurs qui nous démarchent », précise Maëlle Chassard. Lunii commercialise des packs d’histoire thématiques (pirates, espace, nature…). Le boîtier coûte 59,90 euros. Il est vendu en ligne, sur le site de Lunii, mais est aussi distribué en magasins. « Nous sommes distribués en France, dans tous les points de vente Nature et Découverte et Oxybul Eveil et Jeux, et une partie des Monoprix, Carrefour, Leclerc, Fnac, Boulanger », énumère la jeune entrepreneuse. Depuis le début de la commercialisation, cet été, Lunii a écoulé 15 000 de ses fabriques à histoires. Sur 2017, l’objectif est d’en écouler de 60 000 à 70 000, et pas seulement en France.

S’internationaliser en 2017

« Notre ambition pour 2017 est l’internationalisation. Nous voulons attaquer les marchés américain, allemand et anglais d’ici Noël 2017, confie Maëlle Chassard. Cela va être un vrai défi que d’aller pénétrer ces nouveaux marchés et nous sommes actuellement à la recherche de partenaires de distribution. »

internationalisation

D’ici là, l’offre est amenée à évoluer. À l’approche de Noël, Lunii s’apprête à commercialiser des packs sur de nouvelles thématiques et surtout commencer à proposer des histoires interactives, pour lesquelles l’enfant pourra faire des choix influençant le scénario pendant qu’il écoute l’histoire. Ce n’est qu’un premier pas vers la diversification des contenus. « Nous souhaitons aller vers de l’éveil aux langues étrangères, à l’Histoire. Le boîtier va devenir un outil d’apprentissage ludique et autonome avec des contenus pédagogiques », explique Maëlle Chassard.

Pour mener à bien le projet, l’équipe de Lunii s'agrandit et a besoin de fonds. Elle a bouclé un premier tour de table en 2016 d’un montant de 500 000 euros et en négocie actuellement un deuxième pour 2017.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil