METabolic EXplorer mise sur la chimie verte

En utilisant la technologie de la fermentation, METabolic EXplorer produit des bactéries capables de se substituer aux produits pétrochimiques.

  • Etudes
  • Temps de lecture: 2 min
Benjamin-Gonzalvez

Créée à l’aube des années 2000, METabolic EXplorer a concentré ses efforts sur une seule technologie - loin d’être innovante, puisqu’il s’agit de la fermentation - mais dont les applications sont, elles, très diverses et inédites. « Notre objectif est de mettre au point des solutions industrielles pour remplacer les produits pétrochimiques », explique Benjamin Gonzalez, président-fondateur de l’entreprise installée sur le biopôle Clermont Limagne, aux portes de Clermont-Ferrand. Pour remplacer la pétrochimie par de la chimie verte, METabolic EXplorer mise sur les bactéries, issues du processus de fermentation. « Notre valeur ajoutée réside dans notre capacité à utiliser la diversité biochimique pour mettre au point les bactéries désirées », poursuit-il.

Trois pistes explorées

A ce jour, la société, membre de la communauté Bpifrance Excellence, travaille sur le développement de trois produits. Le premier vise la fabrication de fibres de polyester qui va bientôt pouvoir se faire à partir d’un monomère produit grâce à des bactéries issues de la recherche de METabolic EXplorer. Le deuxième va, lui, se mettre au service de l’alimentation animale. « Nous avons mis au point un procédé qui permet de faire une méthionine, un acide aminé entrant dans la composition de l’alimentation des volailles, porc et poissons, 100 % biologique », précise le président. Enfin, les bactéries formulées par METabolic EXplorer lui ouvrent également les portes de bien d’autres marchés tels que ceux des plastiques, résines, solvants et autres peintures ou cosmétiques, avec son procédé de production du monopropylène glycol.

Des cessions de licences à l’échelle mondiale

Pour chacune de ses innovations METabolic EXplorer mise sur la cession de licences, exclusives ou pas, à des industriels majeurs. Plusieurs contrats ont déjà été signés par l’entreprise qui compte 70 personnes. « Nous n’avons pas encore récolté les fruits des royalties de ces contrats », précise toutefois Benjamin Gonzalez, puisque les phases de production de produits formulés à partir des technologies de METabolic Explorer n’ont pas encore démarrées. Le compte à rebours est toutefois lancé.