Mieux se protéger à l’ère du digital : un défi de demain

Jamais les entreprises n’ont été aussi vulnérables à des attaques venues du monde entier. Il est donc temps pour les dirigeants de PME-ETI de s’emparer du sujet.

Vol de données, escroqueries financières, chantage, sabotage... À l’ère du digital, toutes les entreprises sont concernées par le risque d’attaques informatiques. C’est pourquoi Bpifrance a mené une réflexion collective autour de la question « Comment mieux se protéger ? », dans le cadre de son projet Demain. L’objectif principal : sensibiliser les entreprises aux risques des cyberattaques.

Mieux se protéger : les convictions de Bpifrance


De la prise de conscience au recrutement d’experts ou de conseils, en passant par l’analyse des risques et l’acculturation interne, la cybersécurité est le nouveau chantier du XXIe siècle pour les dirigeants d’entreprise. Pour preuve : 1,8 million de postes seraient à pourvoir dans le monde de la sécurité des systèmes d’information d’ici 2023.

  • Nous ne sommes qu’au début de la cybercriminalité

En 2018, 92 % des entreprises françaises ont fait l’objet d’au moins une cyberattaque, sans le savoir dans la plupart des cas. Et tout laisse à croire que ces attaques vont se multiplier dans les prochaines années. Celles-ci seront non seulement de plus en plus nombreuses, mais causeront également des dégâts croissants.

  • La lutte contre la cybercriminalité relève de la responsabilité directe du dirigeant

La plupart des actions de lutte ne relèvent pas de protections technologiques, mais de comportements humains. Elles nécessitent la mise en place d’actions de sensibilisation managériales adaptées, voire des décisions d’organisation spécifiques que seul le dirigeant peut imposer.
En résumé, la lutte contre la cybercriminalité relève de la stratégie d’entreprise. Il s’agit de protéger les actifs réels de l’entreprise réels, tels que les équipements informatiques, les fichiers clients, ou immatériels (réputation, marque, etc.).

  • Les entreprises peuvent mettre en place des actions simples, sans avoir recours à des investissements massifs

Définir les actifs sensibles de l’entreprise, sensibiliser et former ses collaborateurs aux risques de cyberattaques, faire réaliser des diagnostics par des experts, ou encore souscrire des assurances spécifiques sont les premières actions à mettre en place pour prévenir les risques de cyberattaques.

Afigec et Yes We Hack : 2 cas d’entreprises

S’il est impossible d’être parfaitement protégé, chaque entreprise peut et doit minimiser ses risques. Ainsi, le cabinet d’expertise comptable Afigec a surmonté une cyberattaque et fait de la sécurisation de ses données un atout compétitif sur le marché. De son côté, Yes We Hack propose aux entreprises de  recenser leurs failles de sécurité en mobilisant  une communauté d’experts en cybersécurité.

 

Les enjeux de demain

Parce qu'aujourd’hui se construit l’économie française de demain, Bpifrance a lancé le projet « Demain », une démarche collective de réflexion sur neuf enjeux majeurs, autour de l'économie et de l'industrie :

  • mieux se protéger
  • bâtir les territoires de demain
  • réussir la transition écologique et énergétique
  • créer l’entreprise et le travail de demain
  • nourrir l’humanité
  • faciliter la mobilité
  • répondre à l’épanouissement de l’individu
  • repenser la formation initiale et continue
  • vivre et vieillir en bonne santé

Ces 9 enjeux sont les fondements de la croissance de demain. Ils sont aussi notre responsabilité d’aujourd’hui.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil