Moussa Camara : "Quand je parle d’entrepreneuriat dans des lycées, très peu de jeunes se sentent concernés"

 Il ne se voyait pas entrepreneur, et pourtant… aujourd’hui, c’est grâce à son envie de donner des ailes aux jeunes et moins jeunes, que Moussa Camara, créateur de l’association Les Déterminés, développe la création d’entreprise dans les quartiers populaires et les milieux ruraux. 

Déterminé, ah ça oui il l’est ! Et c’est grâce à son audace et à son envie de réussir que Moussa Camara a créé l’association Les Déterminés, qui fait figure de pionnière depuis ses débuts, en formant gratuitement plus de 140 personnes et en contribuant à la création de 56 entreprises. Interview.

Parlez-moi un petit peu de votre parcours.

Tout s’est déclenché pour moi, grâce à une rencontre. Celle d’un entrepreneur qui travaillait dans les communications. Depuis mes 18 ans, je faisais des petits boulots tous les étés et un jour, j’ai rencontré ce chef d’entreprise qui cherchait des techniciens pour installer du matériel chez ses clients. Je n’y connaissais pas grand-chose, mais j’étais motivé, et il l’a vu !

Il m’a donc proposé un job… mais en tant que sous-traitant.

Et passer d’étudiant à entrepreneur, ça vous a fait peur ?

Oui ! Je ne me sentais pas légitime. A l’époque, je ne connaissais aucun entrepreneur dans mon entourage proche, personne à qui poser des questions ou m’aiguiller, donc j’avoue que monter ma boite seul, ça m’a fait peur. Mais après tout, je n’avais rien à perdre, donc je me suis lancé !

… avec ou sans difficultés ?

Je reconnais que ça n’a pas toujours été facile… En me développant, j’ai commencé à recruter des amis (pour la plupart de mon âge) ou alors des personnes beaucoup plus âgées. Mais, je n'avais alors aucune notion du management d'équipe, ni personne pour m'aider. Ces difficultés m’ont fait perdre un temps considérable !

On a souvent tendance à penser qu’en devenant entrepreneur on est plus libre, mais personnellement, à cette époque, je consacrais toute ma vie à mon entreprise ; aucune vacances, uniquement une petite pause le dimanche... Heureusement, j’étais déterminé, et c’est ça qui m’a aidé à tenir !

De la télécommunication à la création d’association

...Déterminé, comme l’association que vous avez créée en 2014 ?

Exactement ! Á l’époque, avec ma nouvelle casquette "entrepreneur", beaucoup d’habitants de mon quartier venaient m'interroger, mais je n'avais pas toujours réponse à leurs questions. A Cergy, la ville d’où je viens, il y avait déjà des actions sociales mais très peu d’actions économiques en faveur des créateurs d’entreprises. Et même quand des réseaux ou structures voyaient le jour, les habitants ne disposaient pas toujours de l'information.

En créant les Déterminés, j’ai voulu proposer un levier d’accompagnement dans l’entrepreneuriat afin que les créateurs se sentent moins seuls et puissent avoir accès à tous les réseaux disponibles.

Créer des vocations dans les quartiers

En quoi l’entrepreneuriat est-il différent pour un jeune de banlieue ?

C’est surtout l’accès à l’entrepreneuriat qui est différent. Quand on vient de banlieue, on n’est pas forcément sur la même ligne de départ que les autres, à cause du manque de réseaux, de soutiens… Aujourd’hui, un jeune doit surtout composer avec les handicaps de son quartier.

Quand je parle d’entrepreneuriat dans des écoles ou lycées, très peu de jeunes se sentent concernés. Si on évoque des « sucess stories » par le sport, la musique ou le cinéma, là oui, mais l’entrepreneuriat a encore un petit bout de chemin à faire avant de devenir une évidence pour les jeunes.

Un conseil que vous auriez aimé recevoir à vos débuts ?

Votre seule limite, c’est vous ! Si vous êtes prêt à entreprendre, alors tout peut changer donc, soyez passionné, curieux et surtout, patient.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil