Paroles d’experts : comment lutter contre la résistance aux antibiotiques

Dans  le cadre de la semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, nous sommes allés à la rencontre de Jérémy Berthuin et Mathieu Miras de la direction de l'expertise innovation de Bpifrance,dans le domaine de la santé. Retrouvez leur interview à l’occasion de la publication de leur note sur l’antibiorésistance, « un véritable enjeu de santé publique et économique. »

 

1. Qu’est-ce que l’antibiorésistance ?

La résistance aux antibiotiques, ou antibiorésistance, est définie par une situation dans laquelle une bactérie est devenue insensible à l’action d’un ou plusieurs antibiotiques. Elle continue donc à se développer. Lorsqu’une bactérie est résistante à plusieurs antibiotiques, on parle alors de bactéries multirésistantes. La multiplication de celles-ci est devenue un réel enjeu de santé publique à l’échelle mondiale, à tel point que l’OMS a publié en 2017 une liste de bactéries pour lesquelles il est urgent de trouver de nouvelles solutions thérapeutiques.
Aujourd’hui, la résistance des bactéries aux antibiotiques est responsable de 700 000 morts par an dans le monde mais la situation pourrait être beaucoup plus inquiétante à l’avenir si rien n’est fait pour endiguer le phénomène.

2. Quelles sont les causes de cette résistance aux antibiotiques ?

L’antibiorésistance est un phénomène multifactoriel. La surconsommation d’antibiotiques en santé humaine et dans le secteur agricole, leurs mauvaises utilisations en cas d’infections, combinés à l’absence de mise sur le marché de nouveaux antibiotiques expliquent l’émergence de bactéries multirésistantes dans notre environnement.

3. Quel est le poids de l’antibiorésistance sur l’économie et la santé publique ?

Les différents rapports publiés dernièrement font état d’une situation assez alarmante si aucune mesure n’est prise pour limiter la consommation d’antibiotiques ou identifier de nouvelles solutions pour lutter contre les bactéries résistantes. D’après le rapport O’Neill (2014) la résistance aux antibiotiques pourrait causer 10 millions de morts par an à l’horizon 2050. Elle serait donc la première cause de décès dans le monde, devant les cancers, le diabète et les accidents de la route. Le coût cumulé de l’antibiorésistance a été évalué à 100 000 Mds de dollars d’ici 2050. Un rapport de la Banque mondial va dans le même sens. Le PIB mondial annuel subirait une baisse de 3,8 % dans un scénario pessimiste. L’antibiorésistance pourrait être à l’origine du « basculement » de 28,3 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté d’ici à 2050.

4. Quelles sont les solutions pour lutter contre la résistance aux antibiotiques ?

Il faut distinguer deux types d’actions pour lutter contre ce phénomène. D’une part, les mesures de santé publique sont une réelle solution pour limiter la consommation d’antibiotiques au sein de la population et pour sensibiliser les différents acteurs sur le sujet. D’autre part, la recherche de nouvelles solutions technologiques est également indispensable pour traiter les infections associées à des bactéries multirésistantes (qui sont insensibles aux antibiotiques actuels). Les trois axes de la recherche concernent la prévention des infections (via notamment la vaccination), le diagnostic et le traitement. On observe des approches « classiques » consistant en l’identification de nouveaux antibiotiques mais également des approches plus diversifiées comme l’utilisation de phages1 par exemple.

5. Aujourd’hui des entreprises développent des solutions innovantes pour lutter contre l’antibiorésistance. Comment Bpifrance les accompagne ?

Bpifrance accompagne financièrement les sociétés françaises du domaine de la santé de leur création jusqu’aux études cliniques. Bpifrance dispose en effet d’un panel d’outils de financement (Aide à l’Innovation, Concours Innovation, Projets Collaboratifs) afin de les accompagner tout au long de leur développement.
Sur la période 2010-2017, Bpifrance a accompagné grâce à ces différents outils 76 % des sociétés (start-ups et PME créées après 2010 et toujours en activité) impliquées dans le secteur de l’antibiorésistance à hauteur de 40,6M€.

6. Pourriez-vous nous donner un (ou des) exemple(s) de projet innovant accompagné par Bpifrance dans le domaine de l’antibiorésistance ?

Dans le cadre du Projet Structurant Pour la Compétitivité (PSPC), Bpifrance a apporté son soutien au projet AGIR (porté par le groupe Deinove et sa filiale Deinobiotics et accompagné de l’Institut Charles Viollette) à hauteur de 14,6M€. Ce projet innovant vise à développer de nouvelles molécules antimicrobiennes d’origine naturelle qui sont produites par des souches bactériennes rares voire encore inexploitées de nos jours.
Lauréate du Concours Mondial d’Innovation, la société MaaT Pharma fait également partie des sociétés accompagnées par Bpifrance dans le domaine de l’antibiorésistance. L’innovation du projet de MaaT Pharma repose sur le développement d’une série de produits visant à restaurer la symbiose microbienne par la transplantation autologue du microbiote intestinal. Unique en son genre, ce procédé permet au patient de générer son propre traitement puisqu’il est à la fois donneur et receveur.

1- Phage ou bactériophage : virus infectant exclusivement les bactéries.

 

L'antibiorésistance un enjeu de santé publique et économique 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

RT @NicolasDufourcq: La mobilisation en faveur de l’accompagnement des ETI 🇫🇷 ne faiblit pas ! @Bpifrance @EIB https://t.co/ZI41Sl1AK1

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.