Qarnot : se chauffer grâce à la chaleur de nos ordinateurs

Les entreprises se doivent de proposer des innovations adaptées aux enjeux écologiques. Qarnot a mis au point une solution de chauffage électrique qui sert de serveur informatique, tout ça dans une logique d’économie circulaire.

« Lier l’aspect écologique à un secteur porteur comme le numérique, c’est une évidence » affirme Paul Benoît, cofondateur de Qarnot Computing. L’entreprise conçoit des radiateurs et plus récemment des chaudières, qui permettent de se chauffer gratuitement et de manière écologique, tout en faisant des calculs informatiques pour des entreprises. « Notre solution permet de consommer quatre fois moins d’énergie pour le même résultat ».

Un acteur de l’économie circulaire

« J’ai appris récemment qu’on faisait de l’économie circulaire », plaisante Paul Benoît. Ingénieur en informatique, il a travaillé pendant plusieurs années pour une grande banque française. « J’y ai découvert le monde du data center, qui consomme beaucoup de calculs ». 

Ces immeubles remplis d’ordinateurs cumulent de la chaleur. Ils doivent être refroidis par des systèmes de climatisation qui représentent un coût énergétique et financier. 

En 2010, il fonde Qarnot Computing, en hommage au physicien Sadi Carnot, pionnier de la thermodynamique. L’idée est de décentraliser les data centers en les intégrant à des radiateurs. Cette innovation permet de disperser la chaleur et de la recycler en calculs revendus à des entreprises. « En recyclant cette énergie, on s’est dit qu’on pouvait rendre le chauffage gratuit ».

L’entreprise vend ses installations à des bailleurs sociaux ou des maîtres d’ouvrage et les occupants profitent d’une chaleur fournie gratuitement. Seule contrainte, il faut que l’immeuble soit équipé de la fibre pour assumer la prise en charge des serveurs.

Une innovation qui lie les enjeux de demain

« L’idée première était de soutenir la croissance numérique. On se disait que sa consommation énergétique allait être colossale sur l’environnement. Le but était de rendre le numérique durable ». Qarnot revend principalement ses calculs à des grandes banques françaises et des concepteurs de films d’animations 3D, deux secteurs qui en produisent énormément. « Pour chaque image fabriquée pour un dessin animé, il faut cinq heures de calculs. Avec juste un film d’animation, qui se compte en millions d’heures de calculs, on pourrait chauffer des milliers de personnes pendant un an ». Paul Benoît souhaite s’adresser à d’autres branches avec son innovation, comme les bâtiments scientifiques, grands consommateurs de data.Une innovation qui lie les enjeux de demain

Au-delà de l’aspect écologique et solidaire, Qarnot Computing assure une sécurité des données personnelles. Pour convaincre les entreprises d’acheter leurs calculs, elle leur offre des gages de sécurité : pas de stockage, le chiffrement des données, la répartition des calculs entre plusieurs serveurs, etc.

À l’avenir, la société pionnière souhaite développer de nouveaux produits, comme la chaudière numérique, qui suit le même protocole que le radiateur, et industrialiser sa production. « L’idée est de démocratiser ces produits et l’usage du calcul ».

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil