Quandela : Valérian Giesz, de chercheur à entrepreneur

La prochaine révolution viendra de la physique quantique, prédit Valérian Giesz. Quandela, la société qu'il a cofondée, commercialise déjà une technologie unique au monde, qui permettra de construire prochainement des ordinateurs hyper-puissants. Portrait d’un entrepreneur de la Génération Deeptech.

L'intelligence artificielle a le vent en poupe aujourd'hui, mais demain, ce sera la physique quantique. Valérian Giesz en est persuadé. Une vision audacieuse, mais qui n'empêche pas ce fan de marathon et de trail d'avoir les pieds sur terre. Et qui a l'habitude des sauts dans l'inconnu. 

Une vocation née en prépa

Son premier a sans doute été celui qui l'a conduit de Meaux, en Seine-et-Marne, à une prépa parisienne. « Je ne sais même pas comment j'ai fait pour apprendre à étudier correctement », dit-il aujourd'hui. Il se souvient d'un prof de physique, en prépa, qui, « au lieu de nous gaver de formules, nous racontait des expériences fondatrices dans l'optique quantique ». De là est née sa vocation.

De chercheur à créateur d’entreprise…

Valérian Giesz intègre le cursus ingénieur de l'Institut d'optique, puis fait son doctorat au Laboratoire de photonique et de nanostructures du CNRS. Ses recherches visent à améliorer la performance de sources de photons uniques - des particules quantiques élémentaires qui ouvriront la voie à de nouvelles applications exploitant la nature quantique de la lumière. Des travaux qui seront récompensés par plusieurs prix.

Pas de quoi lui faire tourner la tête pour autant… S'il a en outre suivi des cours d'entrepreneuriat à HEC Challenge + et IncubAlliance, Valérian Giesz précise qu'il a appris quelques rudiments dans une association locale, qui aide les jeunes des quartiers sensibles, en faisant notamment les fiches de paie des salariés !

… de Quandela, au cœur de la révolution quantique

« Il s'agit de prévoir l'avenir, et mieux que cela, de l'améliorer ! »

En 2017, il cofonde la société Quandela avec Niccolo Somaschi pour commercialiser une technologie unique au monde, développée en France, dans une équipe du CNRS dirigée par Pascale Senellart-Mardon. Et qui intéresse nombre d'industriels, à commencer par Atos.

Fondée sur les impulsions lumineuses qui accroissent les performances d'ordinateurs chargés d'effectuer des calculs pour la recherche et l'industrie, cette technologie permettra de construire les premiers ordinateurs quantiques, destinés à gérer des milliards de données et à communiquer de façon inédite via des satellites.

Les enjeux sont immenses, puisque grâce à cela, les banques, par exemple, de même que les industriels - de l'aéronautique à la pharmaceutique - pourront mieux apprécier les risques en analysant les données. « Il s'agit de prévoir l'avenir, et mieux que cela, de l'améliorer ! », s'enthousiasme le jeune chercheur devenu entrepreneur.

 Un homme engagé

Aujourd'hui, en plus de sa charge de co-président de la French Tech Paris Saclay, Valérian Giesz souhaite s'engager pour la mixité et la diversité, au sein de Quandela et ailleurs. Une philosophie qu’il a renforcée lors de ses recherches au CNRS, entouré de scientifiques, hommes et femmes, venus du monde entier.

Le mot en +

« Grand Prix au concours i-Lab 2018, Quandela a déménagé à Palaiseau. Nos équipes peuvent utiliser les salles blanches du Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies (C2N) et travailler dans des conditions exceptionnelles, c'est royal ! » Valérian Giesz 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil