Salon des Entrepreneurs : les bonnes pratiques pour cartonner à l’international

Lors d’une conférence dédiée à la « French Touch » à l'occasion du Salon des entrepreneurs, plusieurs chefs d’entreprise ont livré leur expérience en matière de conquête des marchés étrangers. L’occasion aussi de présenter la Team France Export qui vient désormais renforcer l’accompagnement des entreprises dans leur aventure hors frontières hexagonales.

Le constat est connu : alors que l’internationalisation des entreprises est un facteur clé de croissance, elle reste en France encore trop concentrée sur un nombre restreint d’exportateurs et de filières. En clair, les entreprises exportatrices tricolores ne sont pas assez nombreuses.

Illustration, « en Ile-de-France, seulement 2,4 % des entreprises ont une activité à l’export », a d’emblée pointé Franck Margain, président de l’agence de développement économique Paris Région Entreprises lors de la conférence « French Touch : secrets et bonnes pratiques pour vendre et cartonner à l’étranger » qui s’est tenue au Salon des entrepreneurs le 6 février à Paris. En cause, dans cette région, le fait que les entreprises se concentrent déjà leurs efforts pour se développer sur le vaste marché francilien, mais aussi leur faible cash-flow qui ne leur permet pas de prendre des risques à l’international.

Une équipe de coachs de l’export

Pour donner un coup d’accélérateur aux entreprises françaises à l’export, une nouvelle organisation de l’accompagnement public a été mise en place depuis le coup d’envoi de la réforme il y a un an. Baptisé Team France Export, le réseau qui regroupe Business France, Bpifrance ainsi que les chambres de commerce et d’industrie, devient une véritable « équipe de coachs de l’export », a indiqué Henri Baissas, directeur général délégué de Team France Export lors de cette conférence qui s’est déroulée en présence du secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne.

Le motto de la Team France Export ? « Etre plus simple pour l’entreprise. En France, avec un conseiller référent qui sera à vos côtés pour le suivi de votre développement. Egalement à l’étranger, avec un correspondant unique ». Autre impératif, l’efficacité, grâce à la spécialisation des conseillers dans les différents secteurs d’activité. Une plateforme numérique regroupant les offres d’accompagnement et de financement public à l’export devrait en outre voir le jour en avril prochain.

Bpifrance, une boîte à outils complète pour financer son projet d’export

« L’export est le plus grand marché du monde. Il est important que nos entrepreneurs se disent : ce qui se passe ailleurs, c’est aussi pour moi, ce n’est pas que pour les autres », a de son côté souligné Jérôme Rousseau, directeur régional Ile-de-France Est de Bpifrance. Mais pour se lancer sur un marché à l’international, encore faut-il s’armer de patience et anticiper la façon de financer sa conquête. « Chez Bpifrance, nous mettons à disposition des entrepreneurs la boîte à outils la plus complète possible pour financer les projets d’exportation », a-t-il rappelé. Le financement des fonds de roulement ou de l’outil de production, les garanties bancaires et les cautions demandées par les clients étrangers… ou encore l’assurance prospection, un outil désormais 100 % digital.

Pour sa part, Sandrine Wehrli, directrice générale déléguée des CCI France, a estimé : « L’export n’est pas l’apanage des grandes entreprises. Même quand on créé son entreprise, il faut déjà penser au marché en dehors de nos frontières ». Autre conviction : « On ne peut pas y aller si on n’est ni préparé ni accompagné ».

Paroles d’exportateurs

"Il faut être clair sur la raison  pour laquelle on va à l’international"

Comment concrètement font-ils ? Des entrepreneurs d’univers différents sont montés sur scène pour témoigner de leur expérience internationale. Pour Finalcad, spécialiste de la transformation numérique du secteur de la construction, qui vient de lever 40 millions de dollars pour accélérer à l’international, l’aventure a démarré en accompagnant l’un de ses clients à Singapour, une vitrine pour toute l’Asie. « Il faut être clair sur la raison pour laquelle on va à l’international », a insisté Christophe Des Dorides, VP Alliances & Channel Sales de Finalcad. Bien sûr, pour augmenter le chiffre d’affaires et accompagner les clients, mais aussi pour anticiper sur un marché des technologies qui de fait est mondial.

« L’international, c’est important quand on est prêt, quand on sait où on va et qu’on a déjà compris notre métier en France », a de son côté insisté Guillaume Gibault, fondateur de la pépite Le Slip français qui s’était très tôt lancée sur plusieurs marchés à l’étranger, avant de reconcentrer ses énergies et ses ressources pour grandir en France. Avec aujourd’hui une équipe plus forte, la start-up envisage de mieux repartir à l’assaut des consommateurs internationaux.

Dans un tout autre domaine, la plateforme de vente de mobilier d’occasion Selency réalise 10 % des ventes à l’étranger. « Notre démarche a été de chercher le mobilier à vendre auprès des antiquaires et des brocanteurs, d’abord en France puis dans le Nord de l’Europe », en les démarchant depuis les bureaux français, a indiqué Charlotte Cadé, co-fondatrice de Selency, une start-up initialement nommée Brocante Lab qui a opté au cours de son aventure pour un nom plus international. La jeune pousse vient de lever 15 millions d’euros pour s’étendre en Europe.

« L'export et le lancement à l’international ne peuvent pas se faire tant qu’on n’est pas solide dans son pays majeur », a relevé pour sa part Gaël Duval, « serial entrepreneur » et fondateur de Jechange.fr ainsi que de la French Touch Conference. Pour ce dirigeant dont la plateforme permet de comparer et de réduire les factures de la vie courante, « l’une des clés de réussite à l’international est le recrutement. Un enjeu majeur est en effet de pouvoir recruter des personnes sur lesquelles on peut s’appuyer », que ce soit localement ou en France. Autant de retours d’expérience éclairants qui ont dévoilé quelques recettes et illustré la créativité et l’audace des entrepreneurs français à l’international.

Le Salon des Entrepreneurs c'est 65 000 visiteurs, 200 conférenciers et 2000 experts qui se sont déplacés au Palais des Congrès les 6 et 7 février. A cette occasion, Bpifrance a inauguré officiellement son site Bpifrance Création lors de ce salon qui mettait la création d'entreprise à l'honneur. Vous n'avez pas pu rencontrer nos experts ? Découvrez Bpifrance Création en vidéo et retrouvez tous les conseils pour la création d'entreprise directement sur le site ! 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

.@clem_piazza de @inmemori_fr sera à Bpifrance #InnoGénération 5, et vous ? 👉 https://t.co/CPLhqomcrC https://t.co/T9vG74xeDR