Sept conseils pour réussir sa mutation numérique

De la prise de conscience des changements d'habitudes de consommation à la sélection des outils numériques et aux recrutements spécifiques : chaque étape mérite d’être soigneusement étudiée.

  • Bang
  • Temps de lecture: 2-3 min

Image removed.

Observer les usages

Avant de modifier sa façon de produire un bien ou un service, une entreprise se concentrera sur ses clients. Car ce sont leurs façons de consommer qui vont guider les changements stratégiques en direction du numérique. « Je suis convaincue qu’aujourd’hui, ce sont les clients qui décident. Le client décide quand et comment il veut interagir avec l’entreprise qu’il a choisie. C’est le client qui va nous forcer à nous transformer, et il nous dira à quelle vitesse nous devons nous transformer », déclare Véronique Weill, membre du comité exécutif du groupe AXA. Une philosophie qui va dans le sens de ce que défend le consultant en marketing Frédéric Cavazza : « Pour moi, il n’y a qu’un seul conseil valable : observer. Se forger une opinion par rapport au numérique, c’est aller dans la rue, regarder les clients scotchés à leur smartphone, étudier les statistiques sur toutes les commandes faites en ligne, etc. Le numérique a irrémédiablement transformé les habitudes d’achat et le quotidien. C’est cette prise de conscience qui permet d’amorcer une transition. »

Sélectionner les technologies

Les moyens financiers pour investir dans une transition numérique étant forcément limités, il s'agit de faire des choix et de les assumer. Lorsqu’on se renseigne, de nombreuses technologies peuvent être envisageables. Charge aux directions en charge de faire des choix et d’éviter de « s’éparpiller ». « Une bonne stratégie, c’est de savoir être sélectif, c’est d'avoir le courage de choisir et de dire que tout n'est pas faisable », rappelle Véronique Weill, du groupe AXA.

Anticiper les recrutements

La transformation numérique d’une entreprise implique de nouvelles pratiques et souvent de nouvelles fonctions - à créer au sein des entreprises. Le volet ressources humaines étant primordial, dans son rapport où il imagine le « Collaborateur 2020 », le Cigref (Club informatique des grandes entreprises françaises) conseille de « réaliser une cartographie des métiers et compétences existants/émergents/indispensables/probables » et d’ « identifier les besoins non pourvus et les filières d'acquisition (formations internes, coaching, académies, formations externes, écoles, universités, etc.). »

Améliorer la communication inter-équipes

La transformation numérique a un impact sur l’ensemble des services d’une entreprise. La collaboration entre différentes compétences est vitale. « Les entreprises à fort niveau d’interaction et de collaboration pour la gestion de la connaissance ont un taux d’innovation ouverte élevé. Or un taux d’innovation ouverte élevé mène à de meilleures performances », souligne Guillaume Tardiveau, d’Orange Labs, d'autant que « le numérique permet de cristalliser les initiatives en matière d’innovation. » 

Faire évoluer le marketing

Changer sa façon de rendre un service ou de vendre un produit doit s’accompagner d’un marketing revu et corrigé. « Le marketing doit être repensé pour être plus percutant sur les supports auxquels les consommateurs font appel. Autrement dit, plus que TF1, c’est souvent Instagram qui domine… », souligne ainsi Frédéric Cavazza.

Favoriser un management de proximité

L’adoption d’outils numériques demande aux salariés des efforts d’adaptation. Les managers doivent pouvoir les accompagner. Or en 20 ans, c’est surtout le contrôle des tâches, via le numérique, qui a eu tendance à s’accentuer. La sociologue Anca Boboc, spécialiste des usages numériques en entreprise, encourage à « revenir vers le terrain » et conseille un « management de proximité » dans lequel les chefs de service passent moins de temps à lire des reportings et davantage à discuter avec les membres de l’équipe sur la réalité du travail et les problèmes rencontrés.

Accepter qu’il faille du temps !

Le passage d’une entreprise traditionnelle à une entreprise ayant parfaitement intégré les opportunités offertes par le numérique ne se fait pas en une ou deux années. L'entreprise passe par une phase d’acculturation, où il faut assimiler les fondamentaux du numérique, puis l’adaptation commence via les premier projets. Vient ensuite une phase de transformation plus générale et plus profonde (gérée par un Chief Digital Officer), pour arriver enfin à une dernière étape, celle où la transformation est devenue irréversible, puisqu'elle s'est diffusée au sein de l’organisation et qu'elle a fait ses preuves.