Solution climat : le business de demain ?

Les ateliers-débat de Big Think à l’occasion de Bpifrance Inno Génération avaient pour objectif de nous éclairer sur les problématiques d’aujourd’hui.
Revivez l’atelier « solution climat : le business de demain » animé par Gilles Berhault.

  • Expertises
  • Temps de lecture: 2 min

Les exigences écologiques apparaissent aux entreprises comme sources de contraintes et de coût alors que le secteur de la « cleantech » est porteur, offre une rentabilité à plus long terme et permet de créer de véritables opportunités pour les entreprises. Via l’innovation, le marché de la cleantech permet le lien entre écologie, économie et dimension sociale, et se positionne aujourd’hui comme le business de demain.

BIG THINK -  Solution Climat : le business de...par BIGBpifranceInnoGeneration

Solution climat : les points à retenir

Quelles opportunités pour les cleantech ?

Pour Gilles Berthault du Comité21, la COP21 (conférence sur le climat), qui aura lieu dans quelques mois à Paris, va ouvrir des opportunités pour les cleantech. « Le fait que ça se passe en France va accélérer les choses ».  Pour Patricia Laurent, cofondatrice de GreenUnivers, « une majorité de cleantech attend beaucoup de visibilité et des opportunités de business de cet événement ». 

D’autant que les levées de fonds dans le secteur s’accélèrent. Selon Patricia Laurent « elles ont atteint 470 millions d’euros en 2014, sans compter les introductions en bourse. Il y a quelques années, on a connu un mouvement semblable dans les énergies renouvelables comme le solaire. Puis il y a eu un changement dans la législation et la fièvre est retombée. Ça revient aujourd’hui pour les cleantech, mais avec moins d'emballement ».

.@GillesBerhault lance l'atelier solution climat de #InnoGeneration@SolutionsCOP21@BpifranceInno#COP21pic.twitter.com/l10bC12C9x

— Alex Raguet (@AlexRaguet) 10 Juin 2015

 

Existe-t-il un risque de bulle pour les cleantech ?

D’après David Dornbusch, président de Clean Tuesday, une interface entre le monde numérique et les cleantech, « la bulle cleantech a déjà existé entre 2008 et 2012, avec au cœur le photovoltaïque. Maintenant, la tendance forte, ce sont les grands projets renouvelables dans l’éolien et le photovoltaïque. Le stockage de l’énergie est le nouveau thème en vogue. La quasi-totalité des investissements dans le secteur des cleantech va se faire dans le domaine du stockage. En Afrique, par exemple, c'est la nuit que les gens ont besoin d'électricité ». 

"Dans 20 ou 30 ans, l'énergie va subir une transformation semblable à celle du digital" #InnoGeneration#COP21pic.twitter.com/Vm9B41lxoj

— Bpifrance Innovation (@BpifranceInno) 10 Juin 2015

 

Le transport, un enjeu oublié

Pour Philippe Mangeard, président de TK Blue Agency, agence de mesure du CO2 et du transport, « la société vit très mal les émissions de particules, le bruit, et les autres nuisances dues au transport. Or, les grands industriels oublient totalement le transport. ».

Le peer-to-peer de l’énergie, fantasme ou réalité ?

Les systèmes peer to peer de l'utilisation d'énergie sont la prochaine révolution annoncée du secteur. « Nous sommes à l'aube d'une révolution extraordinaire dans les usages de l'énergie. Chacun va produire un peu de courant et l'échanger avec ses voisins. Ce n'est plus un fantasme. McPhy est sur ces nouveaux usages. On s'inscrit dans une logique à long terme  » analyse Pascal Mauberger.

Les intervenants de l’atelier-débat « solution climat »

  • Animateur : Gilles Berhault, (Comité 21 et Solutions COP21)
  • Stéphanie Dalquist (Air Liquide)
  • David Dornbusch (CleanTuesday
  • Patricia Laurent (GreenUnivers)
  • Philippe Mangeard (European TK’Blue Agency)
  • Pascal Mauberger (McPhy Energy)
  • Pierre Nougué (Ecosys et Cleantech Open France)
  • Alain Renk (Urban Fabric Organisation)