Start-up et grands groupes : les relations s’améliorent

Chaque semaine, Bpifrance sélectionne pour vous un chiffre qui (a) fait l’actualité.
Focus aujourd’hui sur un chiffre qui illustre une amélioration de la collaboration entre start-up et grands groupes.

D’après le baromètre du Village by CA et Capgemini, 86 % des start-up ont collaboré au moins une fois avec un grand groupe. L’amélioration principale concernant la qualité de leurs relations se reflète dans le ressenti des deux parties : 69 % des start-up trouvent que les objectifs de ces relations sont clairement définis, pour 88 % des grands groupes. Fait nouveau, les start-up seraient de plus en plus exigeantes vis-à-vis des grands groupes quant aux conditions de mise en œuvre de ces relations de travail.

Start-up et grands groupes : des objectifs qui se complètent

En termes de financement, 17 % des start-up qui ont répondu ont aussi fait appel au corporate venture, un chiffre relativement faible en comparaison des 59 % qui se financent via des fonds propres ou des 37 % qui font appel à des business angels. Cependant, en 2016 d’après Mass Challenge, 61 % des licornes avaient au moins un grand groupe à leur capital, et sur les 500 plus grandes entreprises du monde, 53 % collaboraient avec des start-up.

Les raisons qui ont motivé cette mise en relation sont différentes selon les acteurs : du point de vue des grands groupes, il s’agit essentiellement d’un bon moyen d’améliorer leur expérience utilisateur et l’image de la société. Un grand groupe sur deux évoque la réalisation d’un POC (proof of concept) pour un projet particulier.

Du point de vue des start-up, trois moteurs majeurs se dégagent : visibilité, références et chiffre d’affaires. L’ordre de priorité varie cependant grandement en fonction de la maturité des entreprises. Ainsi, une start-up de moins de six mois recherche souvent un gain en visibilité et en reconnaissance sur le marché, là où une start-up plus mature cherche davantage du courant d’affaires. Toutefois, l’obtention de références afin de convaincre plus efficacement de nouveaux clients, reste globalement un motif important, et augmente légèrement avec l’âge de l’entreprise.

Des différences qui persistent

Si les objectifs des start-up et des grands groupes semblent s’aligner et se compléter, il n’en demeure pas moins des différences de culture. Elles sont, dans l’ensemble, bien vécues puisque 79 % des start-up et 86 % des grands groupes estiment être entendus et compris par leur partenaire. Mais quelques points de divergence demeurent.

En premier, la perception du temps, liée à la taille des acteurs. L’organisation d’une start-up la rend nécessairement plus agile et plus réactive qu’un grand groupe. Conséquence : alors que 40 % des grands groupes se disent satisfaits des délais de décision et 57 % des délais d’exécution, ces chiffres ne s’élèvent qu’à 16 % et 22 % respectivement chez les start-up.

Vient ensuite la simplicité : 69 % des start-up trouvent la définition des objectifs satisfaisante, c’est le cas pour 88 % des grands groupes. De même, 64 % et 84 % se disent satisfaits de la communication, des chiffres assez spectaculaires. En revanche, ces taux ne sont que de 46 % des deux côtés lorsqu’il s’agit de parler des conditions contractuelles.

Dernier point : la bienveillance, avec à nouveau, deux aspects à nuancer. D’un côté, 79 % des start-up trouvent que les grands groupes respectent leur culture d’entreprise et leur façon de fonctionner, la réciproque étant vraie pour 86 % des grands groupes. De l’autre, seulement 46 % des start-up trouvent leurs relations avec des grands groupes équilibrées, alors que 74 % des grands groupes le pensent. Un déséquilibre d’appréciation évident.

Si ces différences sont marquées et soulignées par les entreprises interrogées, il ne faut pas perdre de vue le principal : ces relations s’inscrivent avant tout dans une dynamique gagnant-gagnant, chaque partie ayant beaucoup plus à gagner (ou moins à perdre) d’une relation même imparfaite que d’une absence de relation. Optimisme, encore et toujours !

Sources : Baromètre 2019 de la relation startup / grand groupe – CapGemini / Village by CA

Connaissez-vous Bpifrance Le Hub ?

Avec sa plateforme de mise en relation business, Bpifrance Le Hub met en relation start-up et grands groupes pour bâtir des partenariats commerciaux pérennes.

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

C'est l'été ☀️ Ça ne vous a surement pas échappé, une vague de chaleur s'intensifie sur l'Hexagone.. En tant que di… https://t.co/X1aKWQnk1r