Stress tests : examen réussi pour les grandes banques françaises

Douze grandes institutions françaises dont Bpifrance ont passé les tests de « Comprehensive Assessment » de la Banque Centrale Européenne (BCE) et les stress testings de l’Autorité Bancaire Européene (EBA)

  • Portraits
  • Temps de lecture: 2 min

Cette opération dont les résultats viennent d’être dévoilés ce week-end, a mobilisé 6 000 personnes. Son objectif : connaître le plus précisément possible la situation financière des 130 principales banques européennes, avant le 4 novembre, date à laquelle la BCE jouera un rôle de « superviseur bancaire européen ».

  • Le premier test a pour objectif de s’assurer que le ratio de fonds propres (rapport entre l’argent en réserve et les crédits consentis) dépasse le taux minimum de 8 % exigé par la Banque Centrale Européenne.

Résultat : les 13 banques françaises concernées (Banque centrale de compensation, Banque PSA Finance, BNP Paribas, BPCE, la Caisse de refinancement de l’habitat, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, HSBC France, La Banque Postale, Bpifrance, RCI Banque, la Société de financement local, Société Générale) ont un ratio cumulé de 11,31 %, bien au-dessus des exigences du régulateur. Seule la Caisse de refinancement de l’habitat ne respecte pas les critères mais a depuis été recapitalisée pour atteindre cet objectif.

  • Le second type de test consistait à des exercices de simulation pour tester la solidité des banques face à des scénarii de risques. Pour réussir le test, chaque banque doit maintenir son ratio de fonds propres au-dessus de 5,5 %. Le scénario le plus sombre (krach) prévoit deux années de récession dans l’Union européenne et un taux de chômage de 13 % en 2016.

Résultat : toutes les banques françaises ont réussi à passer les tests de résistance en cas de crise sévère. Bpifrance, compte tenu des spécificités de son activité, a un ratio très supérieur au seuil minimum de la BCE et de l’EBA.
Pour Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance : « L’émergence de l’Union bancaire est un sujet technique pour beaucoup de Français mais il s’agit d’une véritable avancée vers la sortie de crise qui affecte la zone euro depuis sept ans. Cette perspective est utile pour créer les conditions de la reprise de l’investissement en France ».
« Les excellents résultats de Bpifrance aux stress testings de la Banque Centrale Européenne témoignent de la bonne gestion du patrimoine qui nous a été confié. Notre institution est fière de contribuer ainsi à l’image de grande solidité du système bancaire français » complète Nicolas Dufourcq.