Supply chain : vers plus de traçabilité dans le textile ?

Toutes les semaines, Bpifrance sélectionne pour vous un chiffre ou une tendance qui fait l’actualité.
Aujourd'hui, nous vous proposons un focus sur une nouvelle tendance consommateur qui émerge dans la manière d’acheter ses vêtements.

Près d’un quart des Français affirme regarder de façon systématique la composition des vêtements qu’ils achètent, et près d’un quart déclare également privilégier le « Made in France ». Deux chiffres qui pourraient souligner une même tendance, le besoin des consommateurs à pouvoir identifier la provenance de leurs vêtements, le souci d’acheter plus éthique.

Consommer moins, mais mieux !

L’un des principaux points soulignés par l’étude de Kantar Worldpanel sur l’année 2018 est la baisse du nombre de pièces achetées, à 58 en moyenne par an et par personne. Une diminution cependant plus importante que celle du budget alloué à l’habillement, à 432 € en moyenne par an et par personne (- 82 € en 10 ans). L’idée derrière ces résultats, ce serait tout simplement des consommateurs qui préfèrent payer plus cher un vêtement qui correspond mieux à leurs critères d’aujourd’hui, ou qui provient d’une source qu’ils privilégient.

« Acheter mieux informé »

D’après La Dépêche, un des facteurs les plus importants dans ces choix serait la traçabilité des produits, ainsi que des matériaux qui les composent. Tous les vêtements en vente sont étiquetés, et précisent leur composition en fibres, ainsi que le pays où la pièce a été montée… cependant, les lieux de production de ces matériaux et des étapes intermédiaires de fabrication ne sont jamais indiqués. 

L’Industrie du Futur au secours de la supply chain

Entre la production de la fibre, la teinture, la filature et la vente, le tissu traverse entre 7 et 12 étapes. L’article cite deux solutions afin d’améliorer la traçabilité au sein de la chaîne d’approvisionnement textile :

  • Un spray à base de bio-marqueur appliqué à chaque étape de la chaîne. Le dernier acteur pourrait ainsi observer la somme des marqueurs et déterminer le trajet parcouru par les matériaux.
  • La blockchain permettrait à chaque acteur de la supply chain de noter son activité sur une base de données décentralisée.

Autre point souligné par l’article : la volonté des acteurs du textile de suivre de telles règles. Une meilleure traçabilité des articles pourrait servir d’argument de vente, leur permettant ainsi de se différencier de ceux qui refusent de jouer le jeu. Une comparaison intéressante sur le sujet peut être faite avec le secteur agro-alimentaire, où le client préfèrera toujours acheter un produit dont il connaît l’origine.

La note optimiste vient de l’étude de Kantar Worldpanel avec une véritable appétence des consommateurs pour des marques qui défendent des valeurs RSE, et qui, de fait, captent l’essentiel de la croissance de leur marché, alors que, dans le même temps, les marques qui manquent de transparence stagnent. Un avenir vert et éthique pour un nouveau souffle de l’industrie textile ?

Sources : A quand une traçabilité dans le secteur du textile ? – La Dépêche
Bilan du marché mode 2018 – Kantar via Le Luxe est Vivant

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil