Bpifrance, partenaire du sport collectif français

Avec son VTE Sport, le Tourcoing Lille Métropole cartonne sur la com’

Grâce au Volontariat Territorial en Entreprise, le Tourcoing Lille Métropole a pu mettre en place une stratégie de communication gagnante et permettre au club d’être l’un des plus performants dans le monde du volley français.

C’est au culot que Florent Debruyne, chargé de communication du Tourcoing Lille Métropole (TLM), est allé chercher un poste au sein du pensionnaire de Ligue A (championnat de France de volley). « Il y a deux ans, Florent m’a contacté sur Linkedin en me disant ‘Je suis fan de sport, de communication et des réseaux sociaux, est-ce que vous cherchez quelqu’un pour donner un coup de main, bénévolement ?’, raconte Yann Lavallez, manager général du club. On l’a rencontré avec grand plaisir et on lui a proposé de prendre en charge quelques petits dossiers. On a tout de suite vu qu’il avait de la compétence, de la passion et de la motivation. Ça a très vite matché, c’était le profil idéal pour nous ».

Après un premier contrat d’alternance, Florent a pu rejoindre le projet VTE Sport et ainsi poursuivre son aventure au Tourcoing Lille Métropole. Un club dont il gère toute la communication : « J’ai la chance de pouvoir concevoir la stratégie de com’ de A à Z, explique le jeune homme de 21 ans. C’est très valorisant car quand ça marche, je sais que c’est le fruit de mon travail. Et même si ce sont des « petites » campagnes, ça forge totalement mon expérience.

Un carton sur Instagram

Un profil d’avenir qui prend le temps d’écrire le joli présent du TLM, actuellement en pleine bataille des play-offs. Une réussite sportive à laquelle se joignent des résultats évidents sur le terrain de la communication. Sur les réseaux sociaux, la notoriété du club fait figure d’exemple. Le volley n’est pas la discipline qui prend le plus la lumière mais l’écurie nordiste parvient à tirer son épingle du jeu. Notamment sur Instagram, avec plus de 18 000 abonnés, loin devant les grandes écuries du circuit comme Tours (8 000), Cannes ou Montpellier (3 000). Et il n’est pas rare de voir certaines vidéos publiées sur le compte du club dépasser le million de vues. L’une d’entre elle totalise même 3,6 millions de vues, du pain béni pour l’image du club et des sponsors, ravis de pouvoir bénéficier d’une telle exposition. « Les postes de communication sont aujourd’hui indispensables, souligne Yann Lavallez.

Et les résultats sont immédiats. Avant, quand on publiait une affiche ou une publicité dans un journal, il était difficile d’avoir un véritable retour. Sur les réseaux sociaux, Florent sait immédiatement ce qui marche et ce qui ne prend pas. Il n’y a aucun support de communication qui permet d’avoir cette précision d’analyse. On sait qui a regardé, combien de temps, quel profil a le plus été le plus réceptif… Dans le bon comme dans le mauvais sens. Mais ça permet de rectifier rapidement, notamment quand tu fais un flop. Mais on a plus souvent de top, donc ça va (rires) ».

Responsabilité et motivation, cocktail gagnant

Loin des budgets pratiqués dans le monde du football ou du rugby, les clubs professionnels tentent de se structurer et le pôle communication devient un véritable enjeu de développement. Pour l’image du club, tout d’abord. Pour fédérer une communauté de supporters, encore plus en cette période de crise sanitaire avec des salles vides et des fans qui ont autant envie que besoin d’avoir un lien avec leur club préféré. Pour animer son club partenaires et proposer des opérations aux marques qui ont rejoint le projet. Pour impliquer, encore plus, l’équipe et les différentes personnalités du vestiaire. Grâce à Florent Debruyne et au VTE Sport, le TLM peut travailler l’ensemble de ces sujets. Une formule gagnante pour le club, comme pour son jeune responsable communication : « J’ai vite compris qu’aujourd’hui, c’est bien d’avoir un gros cursus mais c’est mieux d’avoir de l’expérience. Et comme j’avais beaucoup de temps à donner, je me suis dit pourquoi pas le consacrer à du bénévolat en communication pour renforcer mon expérience ».

En plus de conquérir la Ligue A, l’objectif du TLM est désormais de poursuivre la belle aventure de son pôle communication avec un poste pérennisé, comme le résume parfaitement Yann Lavallez : « Notre challenge, dès maintenant, c’est de pouvoir continuer dans la durée. Le plus longtemps possible ».

PARTAGEZ CE DOSSIER