Climat : la TEE au cœur des enjeux de demain

Les dirigeants et le climat : un quiz pour casser les idées reçues

Vrai ou faux ? Répondez à nos questions pour casser les idées reçues sur la perception de l’urgence climatique par les chefs d’entreprise.

Vous pensez tout savoir sur la manière dont PME-ETI françaises abordent la question du changement climatique ? Alors, testez vos connaissances avec notre quiz interactif tiré de l’étude « Les dirigeants de PME-ETI face à l'urgence climatique » de Bpifrance Le Lab.

Climat : conscience forte vs engagement limité

L’enquête de Bpifrance Le Lab montre que l’importance de l’enjeu climatique est très claire pour les dirigeants de PME-ETI. 80 % d’entre eux estiment que le changement climatique appelle une réaction d’urgence. « Le sujet est central pour l’avenir de l’humanité mais il reste encore un cloisonnement naturel entre la perception professionnelle et la perception personnelle ! C’est certainement à tort et il faudra réconcilier les deux grâce à une sensibilisation généralisée, un cadre réglementaire élargi mais aussi une responsabilisation des dirigeants sous réserve de ne pas mettre en péril nos économies souvent fragiles », nuance un dirigeant dans le secteur du numérique.
Ainsi, la sensibilité à l’urgence climatique est variable en fonction des dirigeants et de leur motivation. D’après l’enquête du Lab, ils sont 67 % à affirmer qu’ils adaptent leur entreprise aux enjeux climatiques et environnementaux par conviction, 23 % à le faire par opportunité et 10 % par contrainte.

Si le climat est bien perçu comme une urgence pour les dirigeants, il n’en reste pas moins qu’au global, ils ne sont que 51 % à intégrer l’enjeu climatique dans la stratégie de l’entreprise. « A l’échelle d’une entreprise industrielle de 15 personnes, le sujet semble très compliqué à aborder. Je me sens personnellement très concernée par le sujet, et je souhaite faire évoluer mon entreprise vers des pratiques plus vertueuses. Cependant, nous sommes soumis à des contraintes très fortes et avons peu de moyens. Les actions réalisées nous semblent dérisoires, mais nous nous y tenons par conviction », affirme une dirigeante dans l’industrie manufacturière, interrogée par Bpifrance Le Lab.

Des actions limitées

Les actions menées par les dirigeants de PME-ETI sont souvent corrélées aux coûts de mise en œuvre. La majorité des répondants explique avoir mis en place des mesures assez simples, activables à moindre coût et pour toute taille d’entreprise, tels que le recyclage (71 %) et la réduction de l’usage du plastique et du papier (59 %). Des mesures plus coûteuses, telles que la rénovation thermique, dont le retour sur investissement n’est pas évident, restent plus marginales.

Certains dirigeants prennent des mesures pour se conformer à la réglementation et pour réduire leurs coûts d’exploitation. Ils sont 51 % à renouveler leurs équipements pour de nouveaux qui consomment moins, et 49 % à gérer les eaux usées ou les déchets.
À l’inverse, des pratiques aux résultats moins tangibles, telles que la sélection de fournisseurs sur des critères environnementaux (26 %), restent assez peu diffusées auprès des PME-ETI.

Afin de renverser cette tendance et accélérer la transition environnementale et écologique des entreprise, Bpifrance et la Banque des Territoires viennent de lancer un Plan Climat de 40 milliards d'euros dans le cadre du Plan de relance. « Amélioration de l’efficacité thermique des bâtiments, accompagnement des développeurs d’énergies renouvelables, soutien à l’innovation, décarbonation de l’industrie… ; les entreprises trouveront dans ce Plan l’ensemble des réponses opérationnelles à leurs besoins, quel que soit leur niveau d’engagement actuel dans cette transition », affirme Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance dans un communiqué.

Urgence climatique et entreprises 

Parce que les dirigeants qui agissent par conviction plutôt que par opportunité ou par contrainte en font davantage, Bpifrance Le Lab propose dans cette étude un guide pratique des risques et opportunités, avec un focus sectoriel sur le Transport, le Bâtiment et l’Agroalimentaire, ainsi que des actions concrètes pouvant être mises en place pour amorcer une démarche. Téléchargez-la sur le site de Bpifrance Le Lab ! 

PARTAGEZ CE DOSSIER