Comprendre la révolution blockchain

Blockchain : Fugue Watches et GoodsID inventent l’horlogerie 2.0

Fugue Watches, une jeune marque horlogère parisienne, a adopté le service de traçabilité offert par la start-up GoodsID. Une façon de se démarquer de la concurrence et de proposer des services supplémentaires à une nouvelle génération de clients.

Comment se distinguer lorsqu'on est un nouvel entrant sur un marché ? Pour Fugue, une marque de montres haut de gamme lancée il y a deux ans à Paris, la réponse passe par la blockchain. Elle a, pour cela, conclu un partenariat avec GoodsID, une start-up spécialisée dans la sécurisation des biens de valeur dans la blockchain.

"Agile du fait de sa taille, notre structure a pu prendre rapidement le tournant de la blockchain"

Grâce à un certificat d’authentification numérique de ses produits, la jeune marque espère profiter de son statut d'early adopter pour conquérir une nouvelle clientèle. « Agile du fait de sa taille, notre structure a pu prendre rapidement le tournant de la blockchain, se félicite Leopoldo Celi, le fondateur de Fugue. De même, nous avons pu aisément former les vendeurs dans nos points de vente, alors que les grandes maisons ont des process beaucoup plus lourds ».

La blockchain comme argument commercial

En projetant une image plus moderne et zéro papier, puisque le certificat est dématérialisé, Fugue dispose d'un nouvel argument commercial, en s'adressant à une clientèle plus jeune, éco-responsable, mais toujours soucieuse de qualité et de longévité. « Le feedback des clients est positif, déclare Leopoldo Celi. Le service que nous offrons influence leur décision d'achat ». 
Grâce à ce certificat numérique infalsifiable, fruit de deux ans de R&D de la part de GoodsID, les propriétaires successifs se transmettent, tout au long de la vie du produit, une carte d’identité qui permet d’en prouver l’authenticité et d'en assurer la traçabilité, le tout en parfait anonymat.

Les autres marques luxe, que démarche actuellement Loÿs de La Soudière, co-fondateur de GoodsID, devraient suivre, ne serait-ce que pour tenter de lutter contre la contrefaçon.

De nouveaux services grâce à la blockchain

Convaincue par les solutions proposées par la start-up, Fugue développe son offre, toujours grâce à la blockchain. Ensemble, elles ont ainsi imaginé un nouveau service, le One Clic Warranty, donnant la  possibilité́ au propriétaire d'une montre d’exercer son droit de garantie en un clic. « Par le biais de la blockchain et du contact avec les clients, nous envisageons déjà d'autres services, très personnalisés », relève de son côté Loÿs de La Soudière. « Information sur l'arrivée à échéance de la garantie, offre d'entretien de la montre dans une boutique, conseils : les possibilités sont nombreuses ».

De même, la start-up, qui a levé un million d’euros auprès de différents investisseurs privés et de Bpifrance, explore déjà de nouveaux marchés, comme les vins et l'art.

Contrefaçon : la blockchain au service de l’industrie du luxe

blockchain

Selon la dernière étude de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle, la contrefaçon coûterait un total de 7 milliards d'euros à l'industrie française et 6,2 % des ventes chaque année.

PARTAGEZ CE DOSSIER