Demain : comment créer le travail et l'entreprise de demain ?

Créer le travail et l’entreprise de demain : l’exemple de l’impression 3D

Innovation, digitalisation, impact sociétal et environnemental… Les usages du travail ont changé plus vite en 10 ans qu’en un siècle. Les entreprises doivent donc s’adapter aux exigences croissantes des consommateurs et des collaborateurs.

A quoi pourrait ressembler l’entreprise et le travail de demain ? Sans forcément recourir à une boule de cristal on peut affirmer que l'entreprise du futur sera plus respectueuse de son impact de son l'environnemental et sociétal. Plus ouverte, ses frontières s’estomperont entre elle et ses clients, entre elle et ses partenaires (startups, écoles, etc.), mais aussi entre elle et ses collaborateurs. Enfin, contre toute attente, on peut imaginer que l’entreprise de demain sera apprenante, si elle partage ses connaissances, hyper innovante, si elle collabore avec son écosystème et compétitive, si elle libère ses talents.
De nombreuses technologies et innovations, comme l’impression 3D, accompagnent cette transformation des métiers et des organisations.

Créer l’entreprise et le travail de demain avec l’impression 3D : les convictions de Bpifrance

L’imprimante 3D ne manque pas d’atouts. Son utilisation offre la possibilité de limiter l’usage des ressources en réduisant le taux de déchets, ce qui limite l’impact environnemental. Elle permet également de relocaliser la production en France, ce qui en fait l’un des visages du travail et des entreprises de demain, dans des proportions qu’il est encore difficile de prévoir mais impossibles à ignorer.

  • L’impression 3D n’est pas « un gadget »

Elle ne se limite pas au simple prototypage de pièces complexes. Elle ne se limite pas non plus au plastique, puisqu’il existe des systèmes d’impression 3D pour le béton, le métal, le carbone, la céramique, etc.

  • La fabrication additive est une brique clé de l’industrie du futur

Elle optimise la conception, facilite l’innovation et devient un outil de production de masse permettant une hyper-personnalisation du produit pour un client / consommateur toujours plus exigeant. Au travers des gains matières, elle réduit les coûts et les déchets.

  • Son impact ne se limite pas à l’industrie

L’impression 3D permet également de révolutionner le commerce avec de nouveaux concepts de store factories (impression des chaussures en arrière-boutique, camions itinérants, etc.).

  • La France doit rattraper son retard

Pour cela, il nous faut : intensifier notre tissu productif en imprimantes 3D en préparant les acteurs industriels à l’adaptation de leur main d’œuvre, développer une offre de formation dans les universités et les écoles d’ingénieurs ; faire émerger 1 ou 2 champions français de la fabrication additive et enfin, créer et animer une communauté de pratiques autour de l’impression 3D.

Et les entreprises dans tout ça ?

À ce jour, la fabrication additive n’a pas encore gagné nos chaînes de production. La France ne détient que le 7e parc au monde, avec 3,2 % des imprimantes 3D, loin derrière l’Allemagne et les États-Unis. Cause ou conséquence, la France ne compte pas encore de champions à l’échelle internationale, même si Prodways et Add-up sont des champions reconnus, et malgré un nombre croissant de spécialistes de la fabrication additive et de startups sur ces marchés.

Les enjeux de demain

Parce qu'aujourd’hui se construit l’économie française de demain, Bpifrance a lancé le projet « Demain », une démarche collective de réflexion sur neuf enjeux majeurs, autour de l'économie et de l'industrie :

  • mieux se protéger
  • bâtir les territoires de demain
  • réussir la transition écologique et énergétique
  • créer l’entreprise et le travail de demain
  • nourrir l’humanité
  • faciliter la mobilité
  • répondre à l’épanouissement de l’individu
  • repenser la formation initiale et continue
  • vivre et vieillir en bonne santé

Ces 9 enjeux sont les fondements de la croissance de demain. Ils sont aussi notre responsabilité d’aujourd’hui.

PARTAGEZ CE DOSSIER