Demain : les grandes tendances de l'innovation

Conquête de Mars : quelles opportunités pour l'économie de Demain ?

Dans moins de 20 ans, l’Homme aura posé le pied sur Mars. Cette conquête de la planète rouge offre des perspectives pour les entreprises françaises et européennes.

La conquête de Mars, ce n’est plus de la science-fiction. « Les Etats-Unis estiment qu’ils y parviendront à la fin des années 2030 », explique Nicolas Berdou, investisseur au sein du fonds DefiInvest de Bpifrance. Techniquement, aucun défi technologique ne semble « insurmontable », la plupart des solutions existent déjà pour partie (lanceur lourd, protection aux radiations…) même si elles restent à perfectionner dans un tel contexte.
« Les freins, essentiellement financiers, ont été chiffrés à environ 200 milliards de dollars d’après une étude de la Nasa », poursuit Timothée Girod, responsable conseil, Bpifrance.
L’enjeu pour les entreprises françaises est donc de se positionner sur des projets européens et/ou internationaux afin de saisir les opportunités business liées à la conquête spatiale.

La logistique, un secteur prometteur

Parmi les différentes briques nécessaires à la conquête de Mars, « le domaine le plus prometteur est celui de la logistique », affirme Nicolas Berdou.
En effet, pour répondre aux besoins des vols habités, il faudra « véhiculer des charges entre plusieurs nœuds logistiques, comme on peut le voir aujourd’hui dans les réseaux de transports terrestre ou aérien, avec des hubs et fournir des services dans l’espace », ajoute l’expert.
Il parait envisageable de sous-traiter cette partie à un acteur privé, si celui-ci est capable de démontrer la fiabilité ainsi que l’intérêt financier de la solution.

Au-delà de la logistique, des entreprises d’autres secteurs pourront se positionner sur les programmes spatiaux en « side business » afin de bénéficier de financement en R&D ou de retombées marketing, la santé en particulier.

La conquête spatiale : un marché de niche

Si de nouveaux acteurs étatiques et privés ont émergé ces dernières années, il n’y a pas « de business grand public qui pourrait se développer, en tous cas à court terme, avec l’espace », affirme Nicolas Berdou.
Pour l’expert Bpifrance, demain les opportunités business resteront essentiellement des marchés de « niche », portés par la réponse à des appels d’offres (AO) institutionnels. Des marchés « difficilement accessibles pour les petites PME ou les startups », précise Timothée Girod. C’est d’ailleurs là que Bpifrance intervient. Son rôle sera d’« aider les grands groupes à identifier et sélectionner ces startups innovantes ou ces PME et donc améliorer la compétitivité des grands groupes français ou européens. »

PARTAGEZ CE DOSSIER