Demain : les grandes tendances de l'innovation

Demain : les enjeux de l'autoconsommation énergétique

En quelques années, notre manière de produire de l'énergie a considérablement évolué. Désormais, les consommateurs veulent devenir des acteurs de la transition énergétique tout en baissant les factures d'électricité. Et si la tendance se poursuit, demain, l'autoconsommation pourrait devenir un modèle gagnant !

"Demain nous produirons tous l’énergie que nous consommons" affirme Julien Lupion, responsable financement énergie environnement chez Bpifrance. Pourtant le contexte actuel en France - une électricité peu chère, peu carbonée et disponible - n’incite pas à la consommation de l’électricité verte autoproduite. Mais la baisse du coût de production du photovoltaïque, la hausse programmée de l’électricité ou encore la montée des préoccupations environnementales changent la donne ! 

Qu'est-ce que l'autoconsommation ? 

C’est le fait de produire soi-même l’énergie que l’on consomme. Il en existe deux types :  

  • l’autoconsommation individuelle, avec un unique producteur qui est aussi consommateur;  
  • l’autoconsommation collective qui regroupe plusieurs producteurs et consommateurs sur un même périmètre géographique.

Soleil, vent, chaleur... les sources d'énergie sont multiples bien que l'énergie photovoltaïque soit aujourd'hui celle qui se développe le plus dans le domaine.

Les entreprises françaises proposent déjà aujourd’hui des solutions innovantes pour faciliter l’autoconsommation : optimisation de réseaux locaux d’électricité, comptage/répartition de l’énergie entre les consommateurs par la blockchain, pilotage des consommations… une brique à forte valeur ajoutée pour l’économie tricolore ! 
 
 

Demain : l'autoconsommation individuelle se développera dans le tertiaire et l'industrie

Le modèle économique d’un projet d’autoconsommation est viable si une majeure partie de l’électricité produite est consommée instantanément sur site. Les sites tertiaire et industriel sont donc des segments de marché bien plus intéressants que les particuliers pour l'autoconsommation. En effet, un particulier n’aura besoin que de "petites" installations pour éviter la perte d’énergie, sa consommation étant faible et irrégulière d’une journée à l’autre. La croissance de ce marché dépendra ainsi davantage de la hausse du prix de l’électricité et de la baisse du coût des batteries.

Un site industriel quant à lui sera un espace bien plus intéressant pour l’autoconsommation, sa production d’énergie étant bien plus stable et le retour sur investissement bien plus rapide (5 à 7 ans pour les supermarchés) ! L’enjeu pour Bpifrance sera ainsi de développer des produits de financement compétitifs pour permettre aux PME du secteur de saisir ce rélai de croissance ! 

Demain : l'autoconsommation sera avant tout collective

Aujourd’hui en France, il n’existe qu’une dizaine de démonstrateurs d’autoconsommation collective. Un modèle d’affaire sur ces projets doit émerger pour permettre une réappropriation locale de la consommation d’électricité renouvelable. Pour Julien Lupion, l’enjeu sera de "trouver les structures de gouvernances juridiques, contractuelles et économiques qui permettront de développer des projets d’autoconsommation collective."  

L’intérêt ? Des opérations qui pourraient présenter demain les meilleurs fondamentaux économiques pour un secteur qui s’imposera à l’international dans la logique des smart cities.  

Bpifrance se devra d’accompagner l’innovation et les démonstrateurs sur ce segment afin de faire émerger des partenariats gagnants. Le potentiel de marché pour ces solutions est important sur des secteurs comme les smart grids et dans des zones géographiques ne bénéficiant pas d’un approvisionnement électrique compétitif fiable. 

PARTAGEZ CE DOSSIER