Demain : les grandes tendances de l'innovation

Demain : quelles opportunités business pour la réalité augmentée

La réalité augmentée, longtemps associée à des imaginaires ludiques et freinée par des contraintes technologiques, d’équipement et d’acceptabilité, connait un réel développement depuis quelques années et trouve des débouchés dans la plupart des secteurs économiques.

« La réalité augmentée, ce n’est plus de la science-fiction ». Telle est la conviction de Damien Launoy, du Pôle Investissement Large Venture, et Romain Dudognon, de la Direction des Filières Industrielles, de Bpifrance. Contrairement à la réalité virtuelle qui nous plonge dans un monde 100 % virtuel, cette technologie, propose du contenu numérique qui vient ajouter en surimpression sur le monde réel.
Pour nos deux experts, elle apporte une réponse pertinente pour l’exploitation des données par le traitement et la représentation visuelle de l’information. « La nature des données évolue en permanence et le nombre de données augmente de façon exponentielle. Dès lors, on a deux enjeux auxquels on devra faire face à l'avenir. Le premier, c'est d'avoir la bonne information au bon moment, au bon endroit et le deuxième, c'est de pouvoir contextualiser et interagir facilement avec des données 3D. Dès lors, la réalité augmentée prend tout son sens. », explique Romain Dudognon. Aujourd’hui, dans le cadre du projet Demain*, nos experts cassent les idées reçues sur la réalité augmentée.

Vers un marché de 27 milliards d’euros en 2023

Idée reçue n°1

 La réalité augmentée, c'est encore de la science-fiction.

Vrai ou faux ?
Partager cette carte
C’est faux !

La preuve en chiffre : le marché de la réalité augmentée a représenté 6 milliards d’euros en 2019 et devrait s’élever à 27 milliards d’euros en 2023.

Retour

« On a pu penser que c'était de la science-fiction, parce que cette technologie a été complexe à imaginer. Un peu comme imaginer Internet avant 1995, ou le smartphone avant 2000 », raconte Damien Launoy. Celle-ci a mis du temps à s’imposer. Il faut dire que la réalité augmentée se trouve au croisement de plusieurs technologies en plein essor : “computer vision” ou la vision par ordinateur, intelligence artificielle, Iot ou 5G, etc.
 

Idée reçue n°2

La réalité augmentée, c'est gadget.

Vrai ou faux ?
Partager cette carte
Faux !

Des cas d'usage opérationnels existent déjà, dans quasiment tous les secteurs.

Retour

« Dans les musées, on observe jusqu’à 15 % de fréquentation en plus lorsqu'ils sont équipés en réalité augmentée. Dans le e-commerce, on constate jusqu’à 30 % de ventes en plus grâce à cette technologie. Et dans l'industrie, on note jusqu'à 40 % de productivité en plus sur certaines chaines de production », insiste Damien Launoy. Les opportunités business sont donc déjà là et identifiées par un grand nombre d’acteurs.
 

Idée reçue n°3

La réalité augmentée n'est pas encore déployée.

Vrai ou faux ?
Partager cette carte
C'est encore faux !

Côté smartphone et tablette, des applications sont déjà largement déployées dans le grand public, par exemple, en ce qui concerne l'ameublement, le maquillage ou encore les réseaux sociaux.

Retour

« Pour ce qui est des casques et des lunettes, en revanche, c'est vrai qu'on a eu plus de POC ou d'effets d'annonce », relève Damien Launoy. Selon l’expert, des passages à l'échelle existent, mais ils sont peu nombreux, freinés par une UX et un hardware pas toujours optimaux. « Mais on pense qu'ils vont s'accélérer dans les années qui viennent », ajoute-t-il.
 

Idée reçue n°4

La réalité augmentée est développée par les GAFAM.

Vrai ou faux ?
Partager cette carte
Vrai

La réalité augmentée est un sujet technique et capitalistique, ce qui explique que les GAFAM (ndlr : acronyme qui désigne les géants américains du numérique que sont Google, Apple, Facebook) sont assez pionniers dans ce domaine.

Retour

« Pourtant, en France, on a tout un tas de forces qu'on peut mettre à profit pour pouvoir accélérer sur ce secteur. Typiquement, la French Touch avec la 3D créative, la French Tech avec l'ingénierie software, et l'excellence opérationnelle de notre French Fab », conclut Romain Dudognon.

*Portée par Bpifrance, Demain est une démarche collective de réflexion sur neuf enjeux majeurs, autour de l'économie et de l'industrie, et vise à préparer les entreprises aux révolutions en cours.

PARTAGEZ CE DOSSIER