Entrepreneurs, on se relève et on se révèle

Thierry Parienty, Voltéo : ses 3 enseignements de la crise

TRIBUNE. Durant le confinement, les entrepreneurs et leurs collaborateurs se sont mobilisés pour préserver leurs entreprises. Désormais, il est temps de se relever et de se révéler. Thierry Parienty, Pdg du club de Hockey les Boxers de Bordeaux et dirigeant de l’entreprise Voltéo a tiré trois enseignements principaux de cette crise.  

J’ai ma propre définition du métier de chef d’entreprise ou d’entrepreneur. Il, ou elle est en perpétuel apprentissage, en flexibilité et surtout, doit toujours rester positif. La crise du coronavirus que nous venons de traverser, et que les entreprises vont devoir traverser encore un temps, met en avant ces 3 critères. 

J’ai appris à manager à distance

J’ai d’abord appris la patience. La patience de savoir, ou plutôt de ne pas savoir ce qui allait se passer. Quand ? Comment ?   

J’ai appris à manager à distance, à faire des visioconférences, à rassurer. Et surtout à être pédagogue auprès des équipes qui avaient besoin d’un capitaine de navire pour les guider et les rassurer. 

L’entreprise a aussi été contrainte d’être flexible pour survivre. Nous avons donc fermé les magasins avec une astreinte minimum, puis augmenté la cadence car la demande reprenait dans la vente de batteries. Pour le club de Hockey, la contrainte était plus forte car nous n’avions pas d’accès à la patinoire et au bureau. Mais le télétravail m’a permis de préparer le bilan malgré cette contrainte.

Le PGE a stabilisé les finances de toutes mes structures 

Mon dernier enseignement, et sans doute l’un des plus essentiels porte sur mon état d’esprit. Je suis resté positif, ou du moins j’ai tenté de le rester durant toute cette période. Positif pour rassurer les équipes, mais aussi pour me rassurer moi-même. Je me confortais en me disant que l’activité allait finir par repartir et qu’il ne fallait rien lâcher. 

Aujourd’hui j’espère que cette crise est derrière nous, même si nous n’en sommes pas surs… Mais à ce jour, je n’ai procédé à aucun licenciement sur les 2 entreprises et l’activité repart, ce qui nous permet de repartir de l’avant. Tout cela, grâce à mes équipes, à mes clients et grâce au PGE qui a permis de stabiliser les finances de toutes mes structures. 

Demain sera meilleur qu’hier… mais sans les hommes il n’y a pas d’entreprises, d’offres ou de demandes…. Cette crise a permis de remettre l’homme au centre de l’économie. 

Voltéo est un groupement d'indépendants fédérés autour d'une enseigne commune spécialisée dans le commerce de proximité de l'énergie autonome.

Le réseau compte aujourd'hui 20 magasins répartis sur toute la France.

A lire aussi :

Marc Taïeb, Wifirst : « Nos clients ont été frappés de plein fouet »

PARTAGEZ CE DOSSIER