6 fois plus nombreuses qu’il y a 5 ans, les Fintech françaises ont levé près de 1,64 milliard d’euros au cours des trois dernières années. Synonymes d’agilité et offreuses de solutions digitales, elles sont plus que jamais au cœur de l’industrie financière. 

Le contexte économique et l’accélération sans précédent de la transformation digitale ont constitué un climat favorable au développement de la Fintech. Hormis une diversité des solutions apportées (paytech, Insurtech, néo-banques, etc.), on constate un essor dans la performance propre à la Fintech française. En 2020, le marché hexagonal a fait preuve d’une résistance exceptionnelle par rapport aux marchés anglais et allemand révèle une étude signée New Alpha Asset. Parmi ce top 3 européen, il est le seul à avoir connu une croissance des capitaux levés malgré la crise du Covid-19, contrairement à ses voisins qui ont connu une baisse considérable de l’ordre de 10 % pour le marché britannique et de 53 % pour celui allemand. Chiffres à l’appui, la Fintech française est de plus en plus attirante aux yeux des investisseurs internationaux. En 2020, Qonto a levé 104 millions d’euros auprès de Tencent et Lydia a réalisé la plus importante levée de fonds pour une Fintech française de 112 millions d’euros. Dans ce dossier Bpifrance vous propose de suivre de près l’actualité d’un jeune secteur qui fait briller l’économie française à l’international.  

PARTAGEZ CE DOSSIER