Génération Deeptech : le futur de l'innovation

Géraldine Le Duc [NH TherAguix] : chercheuse, entrepreneure et ambassadrice Deeptech

Avant de devenir ambassadrice de la Deeptech à Lyon, Géraldine Le Duc, la CEO de NH TherAguix, a passé 25 années dans différents laboratoires de recherche. Aujourd’hui, elle souhaite mettre en lumière les passerelles entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise.

« Nous avons repoussé les frontières technologiques en vue de créer une avancée médicale forte », affirme Géraldine Le Duc, cofondatrice et CEO de NH TherAguix. Créée en décembre 2015, et accompagnée par la SATT Pulsalys, cette medtech lyonnaise est à l’origine d’une innovation de rupture en nanomédecine. « Nous développons un médicament qui agit contre le cancer, non pas directement mais en œuvrant à l'efficacité de la radiothérapie. Tenter de changer le paradigme d'irradiation des tissus cancéreux est une véritable rupture », explique Géraldine Le Duc.
Rencontre avec une chercheuse devenue entrepreneure.

Vous êtes ambassadrice Deeptech à Lyon. Est-ce que vous vous voyez comme un "role model" ?

Géraldine Le Duc : J'ai du mal à me voir ainsi. Mais je pense avoir démontré qu'il était possible, après 25 ans à la paillasse dans un laboratoire de recherche, de devenir la directrice générale d'une entreprise ambitieuse. Nous n’avons que quatre années d’existence, mais les équipes d’NH TherAguix ont su dépasser leurs compétences initiales de chercheurs.

Vous êtes donc la preuve que de chercheur à entrepreneur il n’y a qu’un pas ?

GLD : La France est dotée d'une communauté de chercheurs de très bon niveau et les innovations ne manquent pas. Mais le passage à l'entrepreneuriat reste difficile. Je dirais, qu’il existe des passerelles entre le monde de la recherche et celui de l'entreprise. Elles ne sont pas forcément visibles, ni connues des chercheurs. Et lorsqu'elles le sont, elles sont malgré tout difficiles à mettre en œuvre.

Que faudrait-il en plus à l’écosystème deeptech français pour continuer à se développer ?

GLD : Les SATT et autres organismes de transferts et de valorisation sont à nos côtés, car les mondes de la recherche et de l'entreprise sont culturellement différents.
Le réseau deeptech et le Deeptech Tour permettent de démontrer que cela est possible, notamment aux plus jeunes. Il est important qu'ils acquièrent les bons réflexes le plus tôt possible.

Deeptech Tour Lyon en vidéo

Retrouvez les meilleurs moment de cette étape du Deeptech Tour en vidéo 

crédit photo : Laurent Picard

PARTAGEZ CE DOSSIER