Histoires d'entrepreneurs

Histoires d’entrepreneurs : Pixium

L’entreprise Pixium voit le jour en 2011, et 2 ans après, la levée de fonds réussie couronne des résultats concrets et assure un avenir international à cette petite pépite d’Île-de-France.

Se mettre au service des siens

Ils sont 6, issus du monde scientifique, des parcours impressionnants, des réussites exemplaires. Ils partagent le goût de l’aventure, une aventure d’abord humaine que relève avec fougue Bernard Gilly, l’entrepreneur du groupe des fondateurs, l’un de ceux qui n’ont de cesse de voir non pas ce qui est mais ce qui pourrait être.

 « La vue, le regard, cela touche infiniment à l’humain, l’œil est la partie la plus accessible - quasiment visible - du cerveau. » Bernard Gilly

Voir, c’est tout l’objet, et le progrès de la science ouvre ici des champs du possible infinis. Une science réparatrice qui promet à des milliers d’hommes et de femmes atteints de cécité de recouvrer une vision grâce à une rétine artificielle.

 « La France, pays d’ingénieurs dit-on, oui et de grand talent, mais ils sont aussi des experts qui sortent des schémas connus et sont prêts à se regrouper pour créer et développer des projets auxquels ils croient. » Bernard Gilly 

Au-delà du projet scientifique, du développement économique attendu, transparaît une posture philosophique : se mettre au service des siens. L’équipe de Pixium a su agréger des compétences hautement qualifiées mais d’horizons très divers pour obtenir un résultat efficient. Elle a su élaborer, au sein d’une très petite structure, une recherche d’extrême qualité associant entre autre l’abstraction mathématique et les contraintes de la physique à la vérité biologique et médicale. Des pratiques de hautes technologies qui nécessitent des moyens conséquents et des partenaires durables.

PARTAGEZ CE DOSSIER

Histoires pour servir l'avenir

"Voici 19 histoires d’entrepreneurs. Pourquoi un chiffre qui n’est pas rond ? Car rien dans la vie des entrepreneurs n’est beau et pur comme un cercle. Il n’y a qu’aspérités, imprévus, et s’il y a un seul théorème qui fonctionne, c’est le théorème de Pi : tout prend 3,14 fois le temps qu’on pensait nécessaire pour franchir telle ou telle étape. Le temps, variable majeure de l’entrepreneur. Et pour soutenir la cruauté du temps, rien de mieux que des équipes capables de se dépasser sans compter les nuits blanches et les dimanches, rien de mieux aussi qu’un peu de chance parfois.Vivent les entrepreneurs, modèles de la société qui prend forme sous nos yeux.
Bonne lecture.Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance.