L’e-santé : une filière dynamique et innovante

E-santé : ces start-up françaises qui innovent contre le diabète

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé, ce 7 avril, Bpifrance vous emmène dans l’univers des innovations high-tech de start-up hexagonales, liées à cette maladie chronique qui touche près de 350 millions de personnes dans le monde.

e santé

Pas moins de 9 % de la population mondiale souffre de diabète, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a choisi cette maladie chronique comme thème de l’édition 2016 de la Journée mondiale de la santé, ce 7 avril.
Une épidémie à l’échelle planétaire imputable notamment à la progression de l’obésité et de la sédentarité, estime l’OMS. En France, environ 4 millions de personnes sont atteintes de diabète. Et les chiffres ne cessent de progresser…

Dans la course pour prévenir, suivre et mieux gérer cette pathologie contraignante, des startups françaises du secteur de l’e-santé ne manquent pas de solutions : objets connectés, applications mobiles, plateformes... les innovations hexagonales en la matière se multiplient.

DietSensor : scanner ses aliments en un clic

Diet Sensor
Désireux de faciliter le quotidien de leur fille, diabétique de type 1, comme celui de toute personne souffrant de diabète ou soucieuse de son alimentation, Rémy et Astrid Bonnasse ont conçu une application coach nutritionnel instantanée avec capteurs. Celle-ci utilise un spectromètre de poche et une balance connectée - créés, eux, par des entreprises partenaires - pour déterminer avec précision la composition des repas. Le produit de la start-up parisienne a séduit en janvier dernier au Consumer Electronic Show de Las Vegas, où il a été couronné Best Innovation Award.
Prochaine étape : la commercialisation, entre septembre et octobre prochains, aux Etats-Unis et en France.

Be4Life : la plateforme myDiabby, pour gérer le diabète gestationnel

My Diabby

D’un côté, l’accès, pour la patiente, à son carnet glycémique électronique pour remplir celui-ci tout au long de la journée ; de l’autre, pour l’équipe soignante, la consultation des données de suivi. C’est, en résumé, ce que propose la plateforme en ligne myDiabby, créée par Be4Life. A ce jour, le dispositif est utilisé par 38 établissements de santé, confie Pierre-Camille Altman, co-fondateur de la start-up parisienne, primée en 2015 aux Trophées de l’e-santé dans la catégorie télémédecine. En préparation également, une plateforme en anglais dédiée à tous les autres types de diabète, prévue d’ici la fin de l’année.

Voluntis : le logiciel compagnon Diabeo pour doser ses injections d’insuline

Diabeo

Un logiciel combinant une application mobile pour les patients avec une application pour les professionnels de santé, afin d’aider les patients adultes à doser leurs injections et faciliter leur interaction avec les professionnels. C’est le concept de Diabeo, actuellement en étude clinique, développé par la société Voluntis en partenariat avec Sanofi. Créée en 2001 par trois entrepreneurs, lauréate en 2013 du prix Up&Coming Award de la Chambre de commerce franco-américaine, la start-up, basée à Paris, a également des bureaux à Boston et ne cesse de croître, pour compter aujourd’hui 80 employés.

FeetMe : la semelle connectée pour prévenir les amputations

FeetMe
Mesurer la pression plantaire pour réduire chez les patients diabétiques le risque de plaies, liées à la perte de sensibilité et susceptibles de conduire à l’amputation : tel est l’objectif de la semelle connectée, conçue par la start-up parisienne FeetMe. Le tout via une application mobile qui reçoit en temps réel les informations et donne des recommandations aux utilisateurs. Et le dispositif, qui est actuellement en test de préparation d’étude clinique, séduit, à en juger par le nombre de prix décernés à la jeune pousse, lancée par deux étudiants de l’Ecole Polytechnique, et forte aujourd’hui de 15 collaborateurs.

Runware : un DiabéKIT avec quatre objets connectés

runware

Une application mobile en lien avec quatre accessoires connectés - glucomètre, tensiomètre, pèse-aliment et capteur d’activité physique, en lien avec les soignants - le DiabéKIT, créé par la start-up réunionnaise Runware, vise une approche globale dans l’accompagnement des patients diabétiques de type 2. La motivation de la start-up, sélectionnée dans le cadre des Investissements d’Avenir, n’est pas un hasard : l’île de La Réunion est particulièrement touchée par cette pathologie. La start-up compte commercialiser le kit en juillet prochain, déclare son CEO, Richard Touret.

Slow Control : la fourchette connectée pour ralentir son alimentation

Slow Control

La start-up Slow Control, fondée par Jacques Lépine, mise sur l’intérêt de manger plus lentement. Sa fourchette connectée - qui vise la prévention du diabète, du surpoids et de l’obésité, mais aussi toute personne souhaitant changer son comportement alimentaire - permet d’agir sur la vitesse avec laquelle on mange. Grâce à ses capteurs, elle vibre lorsqu’on ne respecte pas l’intervalle de dix secondes entre les bouchées. De quoi se faire remarquer au CES de Las Vegas en 2013. La fourchette est commercialisée depuis début 2014.

BBRC Aminogram : MyBiody, un check-up de l’équilibre corporel connecté

MyBiody

Cet appareil n’est pas une balance mais un impédance-mètre qui analyse les masses composant le corps : MyBiody, déclinaison de la version professionnelle BiodyXpert, s’adresse, entre autres, aux personnes soucieuses de contrôler leur poids. Elle cherche à détecter ou à prévenir certaines pathologies, dont l’obésité et le diabète. Lauréate en 2015 du prix d’excellence décerné par le Centre d’Innovation et d’Usages en Santé, la start-up BBRC Aminogram a désormais en ligne de mire le marché américain.

Withings : balances connectées pour contrôler son poids

Withings balance connectée
Pionnière des objets connectés dans la santé et le bien-être, la société Withings a été à l’origine du premier pèse-personne connecté, en 2009. Fondés sur la prévention, ses produits permettent, entre autres, de maîtriser son poids par le contrôle de la masse grasse ou encore de traquer l’activité et les dépenses caloriques, avec des produits comme la montre connectée. Créée en 2008, la start-up n’a cessé de croître depuis, de remporter des prix d’innovation et de… s’internationaliser, notamment aux Etats-Unis.

PARTAGEZ CE DOSSIER